Violentes manifestations contre Charlie Hebdo au Niger

Pays : Niger

Tags : Charlie Hebdo

En France, la nouvelle édition de Charlie Hebdo a été épuisée dès sa parution mercredi matin, tout le monde voulait son exemplaire... Mais l'objet de cet engouement n'est pas du goût de tous. Dans certains pays musulmans, les citoyens s'indignent de la Une du journal qui montre le prophète Mahomet, la larme à l'œil, tenant une affiche "Je suis Charlie". Les manifestations se multiplient. Au Niger, la situation a méchamment dégénéré.

 

Au dernier décompte, le 17 janvier, au moins sept églises ont été incendiées dans la capitale, Niamey. En fin de matinée, ce samedi, un millier de jeunes s'étaient réunis près de la grande mosquée, en dépit de l'interdiction de rassemblement par les autorités, aux cris de "A bas la France", "A bas Charlie Hebdo" ou encore "Allah Akbar" (Dieu est grand).

 

 

 

L'édifice a été encerclé par quelques dizaines de policiers anti-émeutes munis de casques et de boucliers, qui ont tenté de disperser les manifestants à coups de gaz lacrymogènes. Plusieurs manifestants ont jeté des pierres et des pneus enflammés sur les forces de l'ordre. De nombreux bars, hôtels ou commerces appartenant à des non-musulmans, ou tenant enseigne pour des entreprises françaises, ont également été détruits. L'ambassade française a appelé les expatriés à "éviter toute sortie".

 

Déjà la veille le Centre culturel franco-nigérien avait été incendié et trois églises saccagées lors des émeutes à Zinder, deuxième ville du Niger. Les heurts ont fait dix morts en deux jours. De violentes manifestations ont eu lieu dans plusieurs autres pays comme le Pakistan, le Yémen, le Mali, l'Algérie ou le Sénégal.