|

Vinyle's not dead

Pays : France

Tags : Vinyle

Certains esprits chagrins avaient trop vite enterré le vinyle et misé sur le CD au milieu des années 80. Mauvaise mise, car en dématérialisant la musique sous forme de mp3 ou de sites d’écoute en streaming, c’est le disque numérique qui finit aux oubliettes. Le vinyle, quant à lui, n’en finit pas de renaître : en légère progression depuis 2007, il suit une courbe exponentielle depuis 2012. Bilan de santé à l'occasion du 'disquaire day '2015.

Vinyl's not dead

 

C'est une tendance vérifiée aux quatre coins du globe, et validée en France par MPO (Moulages Plastiques de l’Ouest)  à Villaines-la-Juhel dans la Mayenne, seule entreprise française où l’on presse du vinyle depuis 1967. Près de 50 ans plus tard, et après avoir connu des années de vaches maigres, ce sont les mêmes presses, modernisées certes, qui tournent, car la fabrication de ces machines a cessé dans les années 80. 

 

Elles tournent même avec une certaine intensité, car la demande actuelle est en constante augmentation, comme le certifie Vladimir Negré, responsable de la communication et du marketing chez MPO : "Aujourd’hui, avec les 16 presses qui tournent actuellement, on arrive à 980000 vinyles juste pour le mois de mars 2015, qui est notre pic de production depuis 2010."

Extrait du LP de Jimy Hendrix, "Sunshine of your love"

 

Avec 6 millions de disques au compteur l’an dernier, MPO presse plus que jamais. Même s’il existe un concurrent depuis quelques mois (le rennais M Com’ Musique, qui concerne des pressages de plus petite quantité), et si le géant allemand Optimal reste le leader européen.

 

Pour mieux comprendre la naissance d’un vinyle, observons les étapes de sa fabrication avec Vladimir Negré, responsable de la communication et du marketing MPO :

Interview de Vladimir Negré

 

Dernière màj le 8 décembre 2016