Vaccins : la France championne d'Europe

Pays : Union européenne

Tags : vaccins, Santé, Europe

A l'aube de cette nouvelle année, la France est détentrice d'un double record en matière de vaccination. Elle était déjà le pays où le doute sur la vaccination est le plus fort au monde : selon une étude publiée en 2016 dans la revue EBioMedicine, 41 % des Français estiment que les vaccins ne sont pas sûrs. Depuis le premier janvier elle détient aussi le record européen du nombre de vaccinations imposées avant l'âge de deux ans. Pour autant, le pays agit-il seul face au reste du monde, comme l’affirment les opposants à la réforme menée au pas de charge par le gouvernement d’Edouard Philippe ? 

11 vaccins obligatoires pour les enfants (reportage ARTE Journal)

Le gouvernement l'évoquait depuis plusieurs mois, c'est désormais chose faite. Depuis lundi, huit nouveaux vaccins sont obligatoires pour les enfants nés à partir du 1er janvier, portant leur nombre total à onze. S'agit-il d'une obsession hygiéniste paternaliste, principalement destinée à gaver les laboratoires pharmaceutiques ?  La décision a relancé une polémique déjà ancienne et sa mise en oeuvre risque de se heurter à de fortes résistances.

Ce débat est loin de se limiter aux frontières de l'Hexagone. Nos voisins ont adopté des solutions variées et souvent très éloignées de la décision française. 

 

La France fait-elle cavalier seul?

La France n'est pas la seule à avoir revu sa législation concernant les vaccins au cours de la dernière année. Les récentes épidémies de rougeole en Europe ont aussi incité l'Italie à revoir sa politique. En novembre, la Cour constitutionnelle a va­lidé une loi votée cet été ren­dant 10 vac­cins obli­ga­toires pour l’en­trée à l’école.

Ce débat agite également la Roumanie : frappé par une grave épi­dé­mie de rou­geole qui a pro­vo­qué la mort de 32 per­sonnes de­puis sep­tembre 2016, le gouvernement a présenté l’été dernier un projet de loi visant à rendre obli­ga­toire la vaccination contre cette ma­la­die. 

Au-delà des cas français et italien, de nombreux autres pays européens, principalement à l'Est, ont maintenu historiquement un système basé sur l'obligation : la Belgique (un vaccin obligatoire), la Bulgarie, la Croatie, la Grèce, la Hongrie, la Lettonie, Malte, la Slovaquie, la République tchèque (quatre vaccins obligatoires pour ces pays) et la Slovénie (neuf vaccins obligatoires).

Quinze États optent simplement pour la recommandation : l’Autriche, Chypre, le Danemark, l’Espagne, l’Estonie, la Finlande, l’Irlande, l’Islande, la Lituanie, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, le Portugal, le Royaume-Uni et la Suède. C'est aussi le cas en Allemagne, avec cependant une particularité : une consultation médicale dédiée à la vaccination est désormais obligatoire afin de pouvoir inscrire un enfant à l’école. Ceux qui s’y soustraient peuvent être condamnés à une amende de 2 500 euros.

 

Est-ce que l'obligation sert à quelque chose ?

Les vaccins sont-ils dangereux ? L'avis d'un expert de l'Institut Pasteur

L’Inserm souligne qu’il est  impossible de confirmer une relation entre l’obligation et les taux effectifs de couverture vaccinale (polio, rougeole et coqueluche) des enfants en Europe. Que faire contre les parents qui refusent de faire vacciner leurs enfants? Vrais-faux certificats médicaux, arrangements avec les médecins traitants... Les stratagèmes afin de se soustraire à l'obligation légale ne manquent pas. 

En France, aucune sanction pénale n'a été prévue à l'encontre de ceux qui refuseront de s'y soumettre. Le gouvernement a décidé de mettre le paquet sur la communication afin que la réforme change réellement la donne. L'opération séduction commence dès vendredi, avec une conférence de presse de la ministre de la Santé Agnès Buzyn.