|

Union européenne : toujours plus de demandeurs d'asile

Pays : Union européenne

Tags : Asyl, Asylbewerber, Flüchtlinge

L’année dernière, 283 000 migrants illégaux ont rejoint l’Union européenne selon Frontex, l’agence européenne de contrôle des frontières. Parmi eux, 220 000 ont choisi de le faire en traversant la Méditerranée et le flot est loin de se tarir comme le démontrent les arrivées de ces derniers jours et les naufrages de masse qui ont coûté la vie à plus de 1 750 personnes depuis début 2015. Ces chiffres peuvent impressionner mais ne représentent qu’une faible partie des flux migratoires vers l’Europe. Selon Eurostat, l’agence européenne des statistiques, 626 710 demandes d’asile ont été déposées dans l’ensemble de l’Union. Quels sont les pays les plus accueillants ? Comment les états gèrent-ils cette immigration ? Explications.

Les différents statuts des réfugiés

La qualité de réfugié est accordée :
à l'étranger craignant d’être persécuté pour des raisons raciales, religieuses, politiques dans son pays et qui ne peut pas ou ne veut pas se réclamer de la protection de ce pays. On parle d’asile conventionnel ou politique,
ou à l'étranger persécuté dans son pays en raison de son action en faveur de la liberté. On parle d'asile constitutionnel,
ou à l'étranger sur lequel le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) exerce son mandat.
 
La protection subsidiaire est l'autre forme de protection.
Elle est attribuée à l'étranger qui ne remplit pas les conditions d'obtention du statut de réfugié et qui prouve qu'il est exposé dans son pays à l'un des risques suivants :
- peine de mort,
- torture, peine ou traitement inhumain ou dégradant,
 - menace grave, directe et individuelle contre sa vie ou sa personne en raison d'une violence généralisée résultant d'une situation de conflit armé interne ou international (s'il s'agit d'un civil).

Quand un étranger cherche à fuir la guerre, la répression ou le terrorisme et rêve d’Europe, il rêve d’abord d’Allemagne… C’est en tout cas ce que les statistiques disent sans détour puisque 202 645 personnes ont entamé des démarches pour y obtenir un titre de réfugiés. Ce pays représente à lui seul un tiers des demandes formulées en Europe. Et l’attractivité allemande se renforce, +60% en un an, dans un contexte d’explosion des demandes : +44% à l’échelle des 28 états membres.

 

Accueillante Suède

Derrière l’Allemagne, on retrouve la Suède où plus de 81 000 demandes ont été déposées. Le pays scandinave a dépassé la France qui était encore le deuxième pays d’accueil en 2013. Le fait que Stockholm ait opté pour des centres semi-ouverts très encadrés peut donner le sentiment aux demandeurs d’asile d’être moins livrés à eux-mêmes et pourrait expliquer la hausse des demandes, +50% en un an. La "petite" Suède accueille à elle seule 13% des demandeurs.

 

En troisième position, on retrouve l’Italie avec plus de 64 000 candidats. Pas étonnant à priori puisque c’est la principale porte d’entrée vers l’Europe ces temps derniers. Mais le bond est spectaculaire, +143% en un an. Et cela confirme le phénomène dénoncé par le Premier ministre Matteo Renzi qui se sent un peu seul en première ligne et qui voudrait voir les autres membres de l’Union saisir ce problème à bras le corps.

 

En France, la situation est restée stable. Avec 62 735 dépôts de demande, elle apparaît en quatrième position mais a vu une légère baisse des sollicitations (-5%) tout en accueillant toujours près de 10% de l’ensemble des demandeurs d’asile.

 

Enfin notons encore le cas de la Hongrie qui a enregistré une hausse de 126% des demandes avec plus de 42 500 dépôts de dossier.

 

Les Syriens préfèrent l'Allemagne

Mais qui dit demande ne dit pas forcément acceptation. En Europe, 162 770 demandeurs ont décroché le précieux sésame en première instance. Dans ce cas encore l’Allemagne est la plus généreuse. En 2014, 40 560 personnes ont obtenu le statut de réfugié dont près de 24 000 Syriens. La Suède l’a accordé à plus de 30 600 demandeurs, majoritairement aussi des Syriens (53%), l’Italie à un peu plus de 20 500 migrants, essentiellement d’origine pakistanaise (12%), afghane (12%) et nigériane (10%). En France, 14 905 demandes ont été satisfaites, elles concernent notamment des Syriens (13%), des Russes (9%) et des Sri Lankais (7%). Elle est talonnée par les Pays-Bas, 14 225 demandes acceptées, alors que ce pays est nettement moins sollicité (26 210 demandes déposées). Des disparités qui, selon Eurostat, peut aussi s’expliquer par la nationalité d’origine des demandeurs mais aussi la complexité des procédures.

 

 

Dernière màj le 8 décembre 2016