|

Ukraine : un référendum sans surprise

Pays : Ukraine

Tags : Referendum, Donetsk, Lougansk

Les Ukrainiens de l'Est étaient convoqués aux urnes pour un référendum sur l'indépendance de leur région. Les organisateurs, séparatistes, annoncent plus de 89% des voix pour le oui. Récit de la journée de vote.

Dès les premières heures du jour, les habitants de Donetsk et Lougansk se massent par centaines devant les bureaux de vote. Qu'importe l'absence d'isoloirs, la surveillance de miliciens armés et masqués, il s'agit de s'exprimer, de revendiquer son indépendance de Kiev, son identité. Les questions "Approuvez-vous l'indépendance de la République de Donetsk ?" ou "Approuvez-vous l'indépendance de la République de Lougansk ?" imprimées à la hâte sur les bulletins de vote, mobilisent les foules. A la mi-journée, les responsables du scrutin évoquent une participation de 30% à Donetsk. 
 

Les partisans du non, eux, sont les grands absents des bureaux de vote. Ils n'auront pas osé contester la volonté des séparatistes bien déterminés à proclamer des républiques populaires dans la région du Donbass. Kiev qualifie le référendum de "farce criminelle", l'Occident le juge illégal, mais ces condamnations semblent avoir bien peu d'effet.
 

Déjà-vu
 

Le scénario qui se profile a comme un goût de déjà-vu. En mars, c'est après un référendum que la Crimée a été rattachée à la Russie... A la grande satisfaction de Vladimir Poutine, fier d'assister il y a quelques jours à une parade militaire à Sébastopol et d'y être considéré comme un héros. 
 

L'Ukraine semble de plus en plus déstabilisée. La Russie parade, l'Occident menace. L'Europe et les Etats-Unis ont adopté des sanctions contre des décideurs russes, mais le train de la partition de l'Ukraine est en marche. L'ambiance en est presque à la guerre froide. 
 

Slaviansk reste une poudrière. Les combats entre pro-russes et soldats ukrainiens ont repris dans la nuit avant le scrutin. Selon le journal allemand Bild am Sonntag, 400 mercenaires de l'entreprise américaine Academi (ex-Blackwater) combattraient aux côtés de l'armée de Kiev contre les séparatistes. Ces deux dernières semaines, des dizaines de personnes sont mortes dans des affrontements au sud et à l'est du pays, après le lancement d'une opération de l'armée ukrainienne destinée à reprendre le contrôle de la zone. 
 

Élection présidentielle 

 

Le gouvernement de Kiev affirme de toutes ses forces que le référendum n'a aucune valeur juridique et donc aucune conséquence. En revanche, il est un scrutin qu'il veut absolument maintenir : l'élection présidentielle prévue le 25 mai. Une tâche ardue lorsque l'on entend les séparatistes traiter le gouvernement transitoire de "fasciste", avec la bénédiction de la Russie. En dépit des menaces de sanctions des Occidentaux.

Dernière màj le 8 décembre 2016