Turquie : trafic de reins

Pays : Turquie

Tags : trafic d'organes, réfugiés syriens

Près de 3 millions de Syriens se sont réfugiés en Turquie depuis le début de la guerre.

Turquie : trafic d'organes chez les réfugiés
Turquie : trafic de reins Vendre son rein pour pallier à des conditions de vie qui se dégradent, après six années de guerre, loin du pays… Turquie : trafic de reins

La communauté syrienne s’est installée dans les grandes villes du Sud comme Adana, Gaziantep ou Hatay mais aussi à Istanbul. Petit à petit, après plus de 6 ans loin de leur pays, leurs conditions de vie se dégradent : leurs ressources financières diminuent, tout comme la sympathie des Turcs à leur égard.

Les Syriens voient leur patrie s’embourber dans la guerre et beaucoup d’entre eux n’ont aucune perspective en Turquie. Certains sombrent alors dans le désespoir le plus total. Vendre un organe semble la seule option possible pour s’en sortir. Quand ils ne prennent eux-mêmes la décision de sacrifier un de leurs organes, ce sont des trafiquants qui voient dans cette misère humaine une opportunité rentable : les plus faibles d’entre eux sont approchés par des entremetteurs qui leur proposent la transaction…


De Constance de Bonnaventure, Ahmed Deeb et Sylvie Millet – ARTE GEIE / Agence Capa – France 2017

 

A (re)voir

 

Dernière màj le 29 mai 2017