Turquie : les chantiers de la démesure

29 octobre 2014

A  200 000 mètres carrés, une architecture d'inspiration néo-seldjoukide -la première dynastie turque qui a régné sur l'Asie mineure du XIe au XIIIe siècle- pour un coût qui dépasse les 350 millions de dollars. Voilà en quelques mots les caractéristiques du nouveau Palais présidentiel turc. Déjà rebaptisé ironiquement la "Maison blanche" par ses détracteurs, cet immense "palais blanc" va remplacer l'actuel siège de la présidence qui a accueilli les onze précédents chefs de l'Etat de l'histoire de la Turquie moderne depuis 1923. Le nouveau palais est construit en lisière de la capitale Ankara sur un terrain que le premier président et fondateur de la République Mustafa Kemal Atatürk avait acquis pour y construire une ferme. Ses travaux, au milieu d'une zone forestière, ont suscité l'opposition des défenseurs de l'environnement, d'autant qu'ils ont été achevés à marche forcée malgré une décision de justice exigeant l'arrêt du chantier. Pour les adversaires politiques du président Erdogan, ce bâtiment illustre la folie des grandeurs du maitre du pays. Le président turc Recep Tayyip Erdogan l'a inauguré en grande pompe le jour anniversaire de la fondation de la République, mais il ne compte pas s'arrêter là. Le nouveau Sultan turc rêve aussi de l'aéroport le plus grand du monde pour Istanbul. ARTE Info se penche sur les dessous des chantiers d'Erdogan. 

Les projets pharaoniques du sultan Erdogan

De la construction du plus grand aéroport au monde à la création d'une dizaine de nouvelles villes en Turquie, rien ne semble arrêter Erdogan. Le nouveau Président turc serait-il un brin mégalomane ?  

istanbul2.jpg

Turquie : ils veulent sauver Istanbul

La mairie d'Istanbul remodèle de nombreux quartiers situés stratégiquement dans la ville. Elle expulse les habitants, souvent issus des classes modestes, sans leur proposer de nouveau logement, ou bien trop loin et trop cher.

International, Turquie