|

TTIP, réfugiés en Turquie et Luxleaks... les photos de la semaine

Pays : Soudan

Tags : Les photos de la semaine

A la télévision, les images d'actualité défilent à toute vitesse, mais puisque ARTE se veut une chaîne qui prend du recul, qui donne le temps à l'analyse, nous avons décidé d'accorder une fois par semaine une petite place aux photographes et à leurs clichés qui parlent du monde. Retour en images sur les faits marquants de la semaine.

23.04

Juba (Soudan du Sud)

Un lutteur quitte le champ de bataille samedi. Il vient de gagner la finale de la compétition de lutte "pour la paix" organisée à Juba, la capitale du Soudan du Sud. Des centaines de personnes venues de différentes régions et communautés du pays se sont réunies dans le stade national de football. Le dernier grand tournoi avait été annulé à cause de la terrible guerre civile qui touche le pays depuis décembre 2013 et qui a fait des dizaines de milliers de morts et 2,3 millions de déplacés.

En savoir plus

Retrouvez notre reportage 360° "Urgence au Sud-Soudan".

Le Soudan du Sud était alors dans l’attente du retour du chef rebelle Riek Machar, qui devait former un gouvernement de transition avec le président Salva Kiir, comme le prévoit l’accord signé en août 2015. Riek Machar est finalement arrivé mardi à Juba, où il a prêté serment comme vice-président. Salva Kiir a formé son gouvernement vendredi, augurant un nouvel espoir de paix.

 

ALBERT GONZALEZ FARRAN / AFP

Compétition lutte Soudan du Sud

 

23.04

Gaziantep (Turquie)

Angela Merkel aux côtés de deux enfants réfugiés à Gaziantep, ville de la frontière turco-syrienne : cette photo pourrait devenir un symbole de la solidarité de l’Europe avec les réfugiés… Si elle n’avait pas été prise samedi, lors de la visite de la chancelière allemande, du président du Conseil européen Donald Tusk et du premier vice-président de la Commission européenne Frans Timmermann en Turquie.

Tous les trois étaient venus vérifier l’application de l’accord très critiqué entre l’UE et la Turquie, qui prévoit le renvoi côté turc de tous les migrants entrés illégalement en Grèce depuis le 20 mars. L’accord mentionne également l’ouverture d’un chapitre dans les négociations d’adhésion d’Ankara à l’UE et l’accélération du processus de libérations des visas pour les Turcs. Ankara, en position de force, a fermement insisté sur ce dernier point samedi.

AFP

Angela Merkel Gaziantep

 

24.04

Hanovre (Allemagne)

Barack Obama et Angela Merkel semblent d'accord : "Oui, nous pouvons arrêter le TTIP"  et "Les citoyens ont raison" annoncent leurs pacartes. Derrière les masques présidentiels, des manifestants contre le TTIP, mobilisés dimanche à Hanovre. Environ seize mille opposants au traité de libre-échange transatlantique entre l’UE et les Etats-Unis ont afflué dans cette ville du nord de l’Allemagne, à l’occasion de la venue du président américain, qui devait évoquer ce

projet avec la chancelière allemande.

En savoir plus...

Retrouvez notre reportage à la veille de la réunion "Manifestations contre le TTIP à Hanovre"

 

Un nouveau cycle de négociations entre les différentes parties, le treizième depuis 2013, a débuté lundi à New York. Ce traité est vivement critiqué, notamment en Allemagne. Ses détracteurs dénoncent l’opacité des discussions et craignent la libéralisation sans frein de nombreux domaines comme la santé.

EMMANUELE CONTINI / NURPHOTO

TTIP Hanover

26.04

Kilis (Turquie)

Cet homme a été blessé dans la ville turque de Kilis, où des roquettes tirées depuis une région syrienne contrôlée par Daech ont fait un mort et vingt-six blessés dimanche. Les habitants de Kilis, ville frontalière avec la Syrie en guerre, sont malgré eux en première ligne : seize d’entre eux ont été tués par des tirs similaires depuis le début de l’année, selon le vice-premier turc Yalçin Akdogan.

"L’artillerie turque a immédiatement riposté à ces attaques", s’est défendu ce dernier. Ankara a pendant longtemps laissé passer – voire coopéré avec eux – rebelles et combattants islamistes par ses frontières, mais refuse tout forme de critique et d’opposition à ce sujet. Dimanche, les forces de l’ordre ont réprimé la manifestation spontanée d’habitants de Kilis en colère, dont l’homme sur la photo faisait probablement partie.

 

YASIN AKGUL / AFP

Kilis Turquie

27.04

Athènes (Grèce)

Ibrahim al-Hussein est un réfugié syrien de 27 ans. Il a obtenu l’asile en Grèce et y est devenu un sportif reconnu, malgré son handicap  -il a été amputé du pied droit après un bombardement. C’est le président du Comité olympique hellénique, Spyros Kapralos, qui lui a allumé sa flamme, dans le camp d’Eleonas, qui abrite 1 620 personnes dans une banlieue industrielle d'Athènes. Derrière les deux hommes, un bébé afghan affiche sur son chapeau en papier le message "Open the borders, I am aghan child" ("Ouvrez les frontières, je suis un enfant afghan"). 

"C'est un honneur pour moi" a souligné Ibrahim Al-Hussein "c'est formidable non seulement pour moi mais pour tous les réfugiés." Un relai symbolique voulu par le président du Comité international olympique lui-même. En janvier dernier, Thomas Bach avait fait la promesse que la flamme passerait par le camp et qu’un réfugié la porterait.

LOUISA GOULIAMAKI / AFP

Athènes flamme olympique

28.04

Luxembourg

"Les lanceurs d’alerte ?! De vrais empêcheurs de deltourner en rond !" : cette pancarte était brandie lors d’une manifestation de soutien à Antoine Deltour, le lanceur d’alerte accusé d'avoir organisé la fuite de documents fiscaux du cabinet d'audit PricewaterhouseCoopers (PwC), pour lequel il travaillait à Luxembourg. Ce serait lui qui serait à l'origine des "Luxleaks", un scandale qui a dévoilé les pratiques fiscales de firmes comme Apple, Ikea et Pepsi pour économiser des milliards de dollars d'impôts. Le procès de ces fuites s’est ouvert le 29 avril. Trois Français, dont Deltour, ont comparu devant le tribunal correctionnel de Luxembourg. Ils encourent jusqu'à dix ans d'emprisonnement.

A voir aussi sur ARTE Info : 

>> Tout savoir sur les "Luxleaks" en deux minutes
>> Coup d’envoi du procès Luxleaks

 

JOHN THYS / AFP

Manifestation Deltour Luxleaks

29.04

Uglegorsk (Russie)

Jeudi à 11h01 - heure locale dans l’Extrême-Orient russe -, le président russe Vladimir Poutine, était problablement tout sourire, les yeux rivés vers le ciel. La fusée Soyouz 2.1 a pris son premier envol depuis la nouvelle base de lancement de Vostochony. A son bord,  le satellite Lomonossov chargé d’étudier dans l’espace les rayons cosmique de haute énergie. Ce nouveau site a pour vocation de remplacer la légendaire base de Baïkonour située au Kazakhstan, d’où s’étaient élancés Gagarine, Spoutnik et aujourd'hui encore les cosmonautes de la Station spatiale internationale (ISS). Ce lancement très politique est pour Moscou l’occasion d’afficher sa puissance et ses ambitions. Vladimir Poutine avait qualifié la construction du cosmodrome de « plus grand chantier du pays ».

KIRILL KUDRYAVTSEV / POOL / AFP

 

Fusée Soyuz 2.1a