|

Travailler moins pour être plus heureux

Pays : Suède

Tags : semaine de 30 heures, travail

En Suède, certains salariés testent la semaine de 30 heures. Mais le bonheur des Suédois ne provient pas que de leur temps de travail réduit.

Un temps de travail réduit favorise-t-il le bonheur ? En tout cas, à Göteborg, en Suède, les employés municipaux du secteur de la santé se disent plus heureux qu’avant. Depuis le mois de février 2015, ces derniers, à salaire égal, peuvent ne travailler que 30 heures par semaine. Une initiative impulsée en 2014 par le maire-adjoint Mats Philhem, membre du parti de gauche local, pour améliorer le bien-être des salariés et leur productivité. « Nous espérons que le personnel réduira son nombre de congés maladie et qu’il se sentira mieux mentalement et physiquement grâce à des journées plus courtes », avait-il souhaité à l’annonce du projet.

Au-delà de cette expérience, la Suède est déjà habituée aux premières places des palmarès du bonheur. En deuxième position – derrière l’Australie – de l’indicateur du « Vivre mieux » 2015 de l’OCDE, le pays scandinave accumule les bons points. Publié le 3 novembre 2014, le baromètre Actinéo de la qualité de vie au bureau passe en revue les facteurs qui expliquent le plaisir que prennent les Suédois à aller au travail le matin. Et l’explication principale… c’est qu’ils n’y vont pas. En Suède, le télétravail est très développé. Ils ne sont que 54 % à se rendre chaque jour dans leur entreprise. Les autres alternent entre travail à la maison et travail au bureau.

Plus d’espaces de convivialité

Sur les 2 500 salariés européens interrogés, les Suédois sont par ailleurs les plus nombreux à ne pas avoir de bureau attitré. Ils sont plus d’un sur cinq dans ce cas et cette caractéristique ne semble pas les gêner. Ils y voient au contraire un obstacle à la routine. Les salariés suédois sont aussi ceux qui disposent le plus d’espaces « de convivialité » dans l’entreprise. Ils sont aussi 52% à avoir une vraie « salle de repos ». De son côté, l’OCDE note que seulement 1% des Suédois fait « de longues heures », alors que la moyenne dans les pays développés et de 9%. D’autres caractéristiques favorisent également la qualité de vie au bureau, comme l’indique le site de France Info : une ambiance de travail « cool », un tutoiement de rigueur et une hiérarchie légère.

 

Dernière màj le 13 janvier 2017