|

Travail des enfants : une réalité cachée

Pays : Bulgarie, Italie, Royaume-Uni

Tags : travail des enfants, young carers

Ils travaillent sur des chantiers, aux champs, dans la rue ou à l'usine. Le travail des enfants est encore aujourd’hui une réalité en Europe. Dans certains pays, la situation s’est même aggravée au cours des dernières années. 

MAGAZINE EUROPEEN- VOX POP (29)

 

C'est un sujet tabou. Mais en 2013, le Conseil de l’Europe a publié une enquête affirmant que le travail des mineurs n'a pas disparu du Vieux Continent. Par exemple, près de 29 % des enfants âgés de 7 à 14 ans travaillent en Géorgie, et ils seraient 19 % en Albanie. Plus proche de nous, dans l'Union européenne, plus de 5 % des enfants italiens de moins de 16 ans essaient de gagner leur vie, selon une autre étude datant de juin 2013. En Bulgarie, certains travaillent même jusqu’à dix heures par jour, dans l’industrie du tabac notamment. Le Royaume-Uni non plus n'est pas épargné. De nombreux enfants y auraient « des horaires de travail très lourds » Pour la plupart des pays, les chiffres manquent pour quantifier ce phénomène qui se déroule souvent dans la plus grande illégalité. « Le travail des enfants risque aussi de se développer dans les pays durement frappés par des mesures d’austérité : Chypre, la Grèce, l’Italie et le Portugal », pointe l'enquête du Conseil de l'Europe. Cette étude affirme par ailleurs que les enfants roms et les mineurs clandestins non accompagnés sont particulièrement vulnérables.

 

Que dit la loi ?

D’après les normes édictées par l'Organisation internationale du travail (OIT), l’âge minimum auquel un adolescent peut travailler ne doit pas être inférieur à l’âge auquel cesse la scolarité obligatoire, et en tout cas pas inférieur à 15 ans. Pour les pays en développement, des dérogations existent. C'est ainsi que les enfants entre 12 et 14 ans peuvent être autorisés à exécuter des « travaux légers ».

 

Le cas des young carers

Mais si le travail des enfants reste un phénomène mal connu en Europe, que dire du cas des young carers, les mineurs qui assument bénévolement un travail d'aide à domicile pour leurs proches. Nombreux sont en effet les enfants et adolescents chargés de s’occuper de leurs parents, ou d’autres membres de la famille, souffrant de handicap, de troubles mentaux ou encore de maladie physique. Ils s'occupent de leurs aînés, font le ménage, gardent leurs frères et sœurs. Selon l’étude intitulée Hidden from View, ils étaient plus de 166 000 mineurs en Angleterre à endosser cette tâche d'aide à domicile pour leur famille en 2011, soit 20 % de plus qu'en 2001. Parmi eux, presque 16 000 travaillent plus de cinquante heures par semaine. Ce phénomène concerne surtout les enfants âgés de 10 à 14 ans. Les ONG estiment que ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. Bien souvent en effet, les services sociaux peinent à détecter ces mineurs. Si leur situation reste peu médiatisée, certains journaux comme The Guardian ont consacré de nombreux articles à ce sujet. 

 

Nadine Ayoub

 

 

Dernière màj le 8 décembre 2016