|

Tendance rétro : les jeunes fans du passé ?

Pays : Allemagne, Roumanie, Suisse

Tags : Belle époque, châteaux, style, nostalgie

Un enthousiasme tout neuf pour des vieilleries ? On n’arrête pas de regarder dans le rétro : années 90, années 60, parfois, on remonte beaucoup plus loin dans le temps. De plus en plus de jeunes recyclent le mobilier des grands-parents, l’armoire des parents. Les penderies et les lampadaires font florès ! Certains jeunes plongent même dans les profondeurs de l’histoire ; d'autres y vivent carrément. Non, rien de passéiste là-dedans ! Au contraire, c’est une tendance cool !

Samedi 25 octobre

14:00

Yourope

La vie de château

L’industrie ne s’y est pas trompée, elle sait que le rétro se vend. Volkswagen produit par exemple la Beetle depuis 1998, cette berline au design inspiré de la légendaire coccinelle. Et les combinés téléphoniques d’antan existent maintenant pour chaque modèle de smartphone qui sort.

 

Que recherchent les jeunes dans le vieux ? Pourquoi ce regard en arrière ?

 

Yourope MDR9 Youropinion

"J’aime bien les vieilleries, elles ont la classe, un charme tout particulier".

"Je préfère le style vintage. Les années 20 ça me passionne, avec ces jolies femmes qui portent de longues robes cintrées".

"J’adore les vieux objets, ils nous racontent une histoire".

 

altes_radio.jpg

 

Vraiment, c'était mieux avant ?

 

Ce passé prétendument harmonieux est-il plutôt l’antidote d’un présent déboussolé ? Selon une étude allemande récente, 60 % des moins de 30 ans trouvent qu’aujourd’hui, tout change à une telle vitesse qu’on a du mal à suivre. La mémoire a une tendance naturelle à sublimer le passé.

A l’évidence, le présent se supporte mieux si on regarde dans le rétroviseur. Mais, main sur le cœur : est-ce que, vraiment, tout était mieux avant ?

Yourope MDR9 faktencheck

La nostalgie, ça se soigne ?

 

Il n’y a pas si longtemps, on considérait la nostalgie comme une maladie, un mal du pays qui rendait vraiment malade. Une "pathologie" décrite en détail pour la première fois en 1688 par le Suisse Johannes Hofer. Jusqu’au XIXe, les Helvètes semblent particulièrement touchés par cette affection. Des mercenaires suisses souffraient notamment de nostalgie, au niveau physique et psychique. D’où sa désignation, à l’époque, de "maladie des Suisses".

Aujourd’hui, la nostalgie est, aux yeux de la science, un sentiment positif, quelque chose de précieux. Plusieurs chercheurs confirment ses vertus : elle renforce la confiance en soi, donne du courage, favorise la compréhension d’autrui.

Des spécialistes de psychologie sociale de l’Université de Southampton ont découvert que les personnes souffrant de nostalgie étaient beaucoup plus optimistes que ce qu’on voulait bien imaginer. Elles ne s’enferrent pas dans le passé et trouvent plus facilement que d’autres un sens à leur vie. Lors d’élans nostalgiques, on a chaud au cœur, c’est aussi ce qui est ressorti de l’étude. Ainsi, les nostalgiques ont tendance à surestimer assez nettement la température d’une pièce. 

 

Andreas a rencontré quelques Berlinois pour qui le passé fait bon ménage avec le présent :

Yourope MDR9 Andreas in Berlin

Roumanie : 'My home is my castle'

 

Quelques vieilles pierres, un domaine qui fleure bon l’aristocratie, un château cossu, et le tour est joué ! Certains sont prêts à sacrifier le confort d’un appartement moderne pour trouver leur bonheur dans un vieux manoir.

La Roumanie est riche en châteaux inhabités. Rien qu’en Transylvanie, on en compte près de 200. Certains des châteaux du comte Dracula sont retapés pour les touristes, mais pas uniquement, comme peut en témoigner la famille Roy Chowdhury.

schloss_rumaenien1.jpg

Ce vieux château qui appartenait à une famille expropriée par les communistes est aujourd’hui une entreprise qui emploie 40 personnes. Le comte Gregor et son frère ont repris le château de famille. Ils n’ont pas hésité à s’installer dans le pays de leurs aïeux, la Roumanie.

 

 

Dernière màj le 8 décembre 2016