|

Syrie : 55 000 photos à l'appui, la France porte plainte pour "crimes contre l'humanité"

Pays : Syrie

Tags : Photographie, Syrie, guerre, torture

Pour aller plus loin :

La journaliste Garance Le Caisne a passé des dizaines d'heures avec "César" pour le livre-témoignage "Opération César" (Stock) qui sortira le 7 octobre 2015.

Avec les photos de "César" comme éléments de preuves, la France a ouvert le 15 septembre une enquête contre le régime syrien pour "crimes contre l'humanité".

 

« César » était un membre de la police militaire syrienne. Avant la guerre civile, il photographie les violences qui touchent les soldats. Mais avec le début de la révolution en Syrie, sa mission change : il doit désormais prendre en photo les cadavres mutilés de personnes considérées comme des terroristes. « Il s’agissait en réalité de simples manifestants », explique César.
Ne supportant plus l’horreur de ses propres clichés, il entre en contact avec les opposants syriens. Ceux-ci le convainquent de continuer son travail pour rassembler des preuves contre Assad. Entre 2011 et 2013, « César » prend 55 000 photos jusqu’à ce que les opposants l’exfiltrent de Syrie. Pour cela, ils ont dû faire croire à sa propre mort. La première fois que les clichés sont publiés, dans le magazine « Foreign Affairs », Assad conteste leur authenticité. Selon lui, le photographe militaire n’aurait jamais existé. « Qui a pris ces photos ? Qui est-ce ? Personne ne le sait. Ce sont des reproches sans fondement », déclare Assad. Entre-temps, les photos ont été authentifiées par le FBI. C’est sur cette base que la France a ouvert une enquête préliminaire contre X pour crime contre l’humanité. Les clichés de « César » pourraient servir de preuve pour obliger Assad à rendre des comptes devant les tribunaux internationaux.


En mars dernier, une exposition a montré une infime partiees de ces fameuses photos au siège des Nations unies à New York, mais cela suffit largement à percevoir l'effroyable violence en cours en Syrie. Les images de ce reportage, tourné en mars 2015 par Renaud Dumesnil, sont particulièrement dures et peuvent choquer :

 

Photographie : l’horreur des geôles syriennes