Sotchi : les Cosaques, bras droit de Poutine

Pays : Russie

Tags : Russie, Sotchi, Poutine, Cosaque

On les reconnaît à leur uniforme un peu baroque, leurs épaulettes et souvent leur moustache. Au cours de leur longue histoire, les Cosaques ont alternativement été à la solde du pouvoir... Ou ses ennemis jurés. Le président Poutine les quant à lui à sa botte. Gardiens auto-revendiqués de l'ordre moral, ils font aussi office de policiers supplétifs. 410 d'entre eux sont partis à Sotchi, assurer la sécurité des sportifs et des touristes. Le reportage de Roman Schell.

Russie : les milices cosaques

 

37.000 policiers et 11.000 caméras n'ont pas semblé suffisants. Vladimir Poutine a envoyé 410 Cosaques à Sotchi, essentiellement dédiés à la surveillance des personnes. Leur slogan, "Foi, Tsar et Patrie", plaît au maître actuel du Kremlin. Mais les relations avec le pouvoir n'ont pas toujours été simples.

 

Avec la Tsarine Catherine II par exemple, qui mate d'abord  une révolte cosaque avant de se les mettre dans la poche en leur offrant des terres dans le sud de la Russie. La région de Sotchi en fait partie, déjà à l'époque, ils sont chargés de surveiller les frontières sud de l'empire.

Tous les dimanches, des Cosaques dansent sous la statue de la grande Catherine :

Mais pour en rester au dernier siècle, ils furent divisés entre Blancs et Rouges pendant la révolution bolchevique, persécutés sous l'Union soviétique, reformés par Staline pour aider à combattre durant la Seconde Guerre mondiale, puis définitivement annihilés par le même Staline. Certains d'entre eux rejoindront d'ailleurs les forces nazies afin de se venger. Depuis 2005, l'armée russe compte un régiment de Cosaques.