|

Slovaquie – Un néo-nazi au Parlement

Pays : Slovaquie

Tags : Néonazi, extreme droite, élections législatives

Il s’appelle Marian Kotleba et assume sa filiation nazie. Son parti a fait son entrée au Parlement slovaque lors des législatives du 5 mars 2016.

C’est une première. Le 5 mars 2016, à l’issue des élections législatives, l’extrême droite nationaliste a fait son entrée au Parlement slovaque, avec pas moins de 14 députés sur 150 sièges. À la tête de cette percée, Marian Kotleba, 38 ans et leader de Notre Slovaquie (LSNS), un parti dont les militants arborent des uniformes sombres rappelant ceux des fascistes des années 30 ou 40. Hostile à la minorité Rom et aux élites en place, nostalgique de l'État de Jozef Tiso, ancien président de la République allié à l'Allemagne nazie, leur chef se propose de « mettre de l'ordre chez les parasites dans les camps » de Roms, de « protéger les gens contre la terreur tsigane » et de combattre la corruption, comme le rappelle L’Express.

Sa campagne, Kotleba l’avait axée en partie sur l'opposition à l'accueil de migrants, notamment musulmans. Un rejet en phase avec le ressentiment d’une partie de la société slovaque envers les réfugiés. « Les observateurs expriment leur inquiétude sur le fait que les électeurs qui soutiennent le parti d’extrême–droite ont entre 18 et 25 ans », affirme le site The Slovak Spectator. « Il y a un manque d’éducation à l’école mais aussi à la maison », renchérit l’analyste politique Pavol Bobos, cité par le journal Ouest-France.

« Une grande honte »

Car Marian Kotleba est loin de cacher son admiration pour le nazisme. Plusieurs photos le montrant il y a quelques années, dans l’uniforme qu’endossaient les soldats de la milice slovaque collaborationniste mise en place par le régime nazi, ont déjà été publiées dans la presse. En 2014, alors que le « Führer » local venait d’être élu à la tête de la région de Banska Bystica, l’envoyé spécial de Libération notait que Marian Kotleba avait « collaboré avec le parti néonazi allemand » et « possédé un magasin de vêtements pour nostalgiques nommé KKK, hommage au morbide Ku Klux Klan ».

Pour l'eurodéputée social-démocrate slovaque Monika Flasikova Benova, l’entrée au parlement des néo-nazis est « une grande honte ». Comme l'affirmait lundi 7 mars 2016 le quotidien libéral Sme, « le parti LSNS est plus qu'un simple parti radical, nationaliste et europhobe du type du Front National ».

 

Dernière màj le 8 décembre 2016