|

Le combat pour la paix de Shimon Peres

Pays : Israël

Tags : Shimon Peres, hommage

Shimon Peres, l'un des pères fondateurs d'Israël et prix Nobel de la paix s'est éteint dans la nuit de mardi à mercredi à l'âge de 93 ans, des suites d'un accident vasculaire cérébral. Il  était un vétéran de la politique, fervent partisan du dialogue avec les Palestiniens comme seul moyen de parvenir à la paix. La communauté internationale lui rend hommage.

 

Hommage à Shimon Peres
Hommage à Shimon Peres Hommage à Shimon Peres Hommage à Shimon Peres

 

 

Un "sage de la nation"

Au cœur des grandes batailles de la courte histoire d'Israël et des farouches controverses d'un monde politique israélien féroce, Shimon Peres est devenu une personnalité consensuelle, considérée comme un sage de la nation. Premier ministre à deux reprises, entre 1984 et 1986 et entre 1995 et 1996, puis président de 2007 à 2014, il a occupé pendant plus de cinquante ans de vie publique la presque totalité des postes à responsabilité : défense, affaires étrangères, finances.

Le dernier survivant de la génération des pères fondateurs de l'Etat d'Israël fut aussi l'un des principaux artisans des accords historiques d'Oslo avec les Palestiniens en 1993. Avec Shimon Peres s'éteindrait, après l'Israélien Yitzhak Rabin et le palestinien Yasser Arafat, le dernier des trois hommes qui avaient été récompensés en 1994 par le Nobel "pour leurs efforts en faveur de la paix au Moyen-Orient".

Estimé à travers le monde

Il négocia avec les Palestiniens et surmonta sa répugnance pour discuter avec Yasser Arafat, qu'il considérait comme un "terroriste". Pour cela, Shimon Peres jouit d'une considération à l’étranger, telle que l'ex-président américain Bill Clinton le considère comme son ami et que, cette année encore, le vice-président américain Joe Biden et le premier ministre français Manuel Valls lui ont rendu visite.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahou a rapidement réagi à la nouvelle de l'hospitalisation de son ancien adversaire, survenue le jour anniversaire de la signature à Washington en 1993 des premiers accords d'Oslo qui ont jeté les bases de l'autonomie palestinienne : "Shimon, nous t'aimons et tout le peuple espère ta guérison", a-t-il écrit sur sa page Facebook.

A lire aussi :

 

Dernière màj le 29 septembre 2016