|

Scandale Volkswagen : près d'un million de véhicules concernés en France

Pays : France

Tags : Volkswagen, automobile, pollution

Le géant de l'automobile Volkswagen se démène pour organiser un gigantesque rappel des millions de voitures dont il a truqué les moteurs -un million rien qu'en France- tandis que la recherche des responsables de la fraude s'intensifie.

Volkswagen, géant aux douze marques et 200 milliards d'euros de chiffre d'affaire mondial, a équipé 11 millions de véhicules dans le monde d'un logiciel capable de fausser les résultats de tests antipollution, et de faire passer les voitures pour plus vertes qu'elles ne sont vraiment. En France, ce sont près d'un million de véhicules qui sont concernés :

 

Partout en Europe, les avis de rappel de véhicules se multiplient. Les cinq millions de voitures de marque Volkswagen - Golf, Passat et Tiguan notamment - devront repasser au garage, a prévenu le groupe, qui informera les clients en temps voulu. La filiale suédoise de Volkswagen a annoncé le rappel de 225 000 véhicules, tandis qu'au Pays-Bas, 160 000 voitures sont concernées. En Belgique, "393 648 véhiculent roulent avec un moteur manipulé", a fait savoir mardi soir le ministre de l'Economie et des Consommateurs Kris Peeters. Et en Grande-Bretagne, 1 189 906 voitures sont affectés, estime le constructeur.

 

Les enquêtes et dépôts de plaintes continuent à pleuvoir sur le groupe

Après l'ouverture lundi par le parquet allemand de Brunswick d'une information judiciaire pour faudre à l'encontre de Martin Winterkorn, le PDG démissionnaire de Volkswagen, le parquet d'Ingolstadt étudie également une possible action en justice contre Audi, cette filiale de Volkswagen dont 2,1 millions de véhicules sont équipés du logiciel truqueur.

L'association française "Ecologie Sans Frontière" a annoncé mercredi qu'elle allait porter plainte contre Volkswagen. Des propriétaires de Volkswagen en Corée du Sud vont faire de même.

 

Coup de balai en interne

Après une première vague de limogeages au sommet la semaine dernière, dont celui de l'ancien patron Martin Winterkorn et du directeur des ventes, de nouvelles têtes risquent de tomber, ces prochains jours, dans les étages de direction inférieurs du constructeur de Wolfsburg.

Le présidium, un comité réduit du conseil de surveillance comprenant cinq personnes, doit tenir ce mercredi une nouvelle réunion de crise. Sonnée par la déflagration mondiale de ce scandale dont la facture promet d'ores et déjà d'être faramineuse pour Volkswagen, l'organe de contrôle a promis "une enquête sans concession".

Une douzaine de managers, soupçonnés d'avoir participé au développement et la mise en circulation du logiciel ou simplement d'avoir été au courant, ont été suspendus dans l'attente des conclusions d'une enquête interne.

 

Chantage à la pub dans la presse française

Dans son édition du 30 septembre, Le Canard enchaîné publie un mail adressé le 22 septembre par une régie publicitaire aux dirigeants des principaux journaux français. On y apprend que MediaCom, l'agence d'achat d'espaces de Volkswagen, demande aux quotidiens nationaux, régionaux et magazines de ne publier "aucun article relatif à la crise VW" dans "leurs parutions des 6, 8 et 10 octobre prochains", ou les "investissements" prévus, d'un montant de 315 000 euros, ne seront pas maintenus. Selon l'hebdomadaire, "plusieurs éditeurs de province ont déjà envoyé bouler Volkswagen et MediaCom".

 

 

 
Dernière màj le 8 décembre 2016