|

Royaume-Uni - Une loi médiévale pour condamner les djihadistes

Pays : Royaume-Uni

Tags : loi médiévale, djihadistes

L’Angleterre pourrait utiliser une loi datant de 1351 pour faire condamner les djihadistes britanniques.

Comme au temps d'Edouard III, l'Angleterre est toujours prête à porter le fer contre les ennemis de la Couronne. Cette fois-ci, le gouvernement anglais songe à utiliser une loi promulguée en 1351 pour condamner les sujets britanniques qui rejoignent le djihad. Il s'agit du Treason Act qui punit de la peine maximale (la peine de mort jusqu'en 1998, la prison à perpétuité aujourd'hui) les sujets britanniques coupables de haute trahison.

C'est le député conservateur Philip Hollobone qui, le premier, est monté au créneau devant le parlement, affirmant que « soutenir les ennemis de Sa Majesté » était « l'un des plus graves crimes que peut commettre un citoyen britannique. » Et le ministre des Affaires étrangères, Philipp Hammond de lui emboîter le pas : « Nous avons remarqué que certaines personnes avaient juré allégeance à ce qu'ils appellent l'État islamique. Cela pose la question de leur loyauté envers ce pays, et de savoir s'ils sont coupables de trahison. »

 

Traîtres à la Couronne

Ce n'est pas la première fois que la Grande-Bretagne se dit prête à dégainer ce vestige législatif pour lutter contre la menace terroriste. Déjà en 2005, le Crown Prosecution Service [un service non-ministériel chargé des poursuites judiciaires] avait avancé son intention d'inculper pour haute trahison trois imams extrémistes, accusés d'avoir chanté les louanges des poseurs de bombes sur les ondes de la BBC. Alors qu'aujourd'hui le gouvernement estime à près de 500 le nombre de britanniques partis faire le djihad en Irak et en Syrie, l'idée d'utiliser le Treason Act de 1351 reprend du galon.

Jusqu'en 1998, le crime de haute trahison était passible de la peine de mort, mais c'est en 1946 que cette peine a été appliquée pour la dernière fois, contre  le propagandiste nazi William Joyce, connu sous le nom de Lord Haw Haw, condamné à la pendaison. Avant lui, d'illustres personnages ont connu le même sort. Parmi les plus célèbres, citons le philosophe et homme politique Thomas More, la reine Marie Stuart, ainsi qu'Anne Boleyn, la deuxième femme du roi Henri VIII, plus connu sous le nom de Barbe bleue.

 

 

Céline Peschard

 

Dernière màj le 8 décembre 2016