|

Royaume-Uni – Les éoliennes du Loch Ness

Pays : Royaume-Uni

Tags : Loch Ness, Ecosse, éolienne

Le plus célèbre des lacs d’Ecosse et son monstre fantasmé pourraient bien être perturbés par l’installation alentour de près de 500 éoliennes. C’est ce que craint Save Loch Ness, une association locale qui a décidé de combattre ces projets.

« Si on ne fait rien, on va se réveiller un jour entourés d’éoliennes partout à l’horizon », s’insurge Lindsey Ward, interrogée par le journal Le Monde. Comme beaucoup d’autres de ses voisins, cette Écossaise qui vit près du Loch Ness est inquiète. Selon Save Loch Ness, l’association pour laquelle elle milite, le plus célèbre lac de Grande-Bretagne et ses paysages seraient menacés par de multiples projets de parcs éoliens. En tout, plus de 500 turbines, sur près de 50 kilomètres, pourraient bientôt parsemer le Great Glen, cet ensemble de vallées qui entourent l’étendue d’eau connue pour ses légendes.

Une « défiguration » d’autant plus critiquée qu’elle pourrait faire fuir les touristes, dont la venue constitue l’une des principales sources de revenus de la région. « Les gens viennent là pour voir l’exceptionnelle beauté de la région, souligne Jim Treasurer, porte-parole de Save Loch Ness. Et avec 50 kilomètres d’éoliennes incluant des centaines de kilomètres de sentiers d’accès, l’environnement deviendra très artificiel et il n’y a aucun doute que cela impactera l’économie touristique des Highlands. »

« Paysage national »

L’association, qui revendique une centaine de membres, a réussi à faire parler de son combat grâce notamment à une vidéo diffusée sur Youtube le 31 mars 2015. Sur fond de musique traditionnelle, on y voit des images du lac et des vallées environnantes, vierges puis peu à peu agrémentées de dizaines d’éoliennes. Save Loch Ness a également adressé au parlement écossais une pétition qui réclame que la région soit déclarée « paysage national » et qu’une demande de classement au patrimoine de l’humanité soit déposée auprès de l’Unesco. Elle a recueilli plus de 3 000 signatures.

Un engouement très mesuré quand on sait que les revendications de l’association trouve un vrai écho au Royaume-Uni. Outre-Manche, les groupes de pression se multiplient dès qu’il s’agit d’en installer localement, même si deux tiers des Britanniques se disent favorables à cette technologie. En décembre 2014, le premier ministre britannique David Cameron avait d’ailleurs promis de supprimer toutes les subventions pour les éoliennes terrestres en cas de réélection lors des législatives de mai. « Je crois que le public en a marre qu’autant d’éoliennes qui ne sont pas nécessaires soient construites », avaient-il déclaré.

Franck Berteau

 

Dernière màj le 8 décembre 2016