|

Royaume-Uni – Banque de sperme eugéniste

Pays : Royaume-Uni

Tags : sperme, dons, banque de sperme

La banque de sperme de Londres a refusé des donneurs atteints de dyslexie et d’autres troubles neurologiques.

À Londres, dans la plus grande banque de sperme britannique, les hommes souffrant de dyslexie n’ont pas le droit de donner leur sperme. L’institution, qui pourvoit de la semence pour plus de 1 000 fécondations in vitro par an, justifie son choix dans une brochure, affirmant qu’elle souhaite « minimiser le risque de transmission de maladies génétiques ou de malformations ». Le document, que The Guardian s’est procuré, liste une série de conditions à réunir pour pouvoir donner son sperme parmi lesquelles : ne pas souffrir de déficit de l'attention, ni d'hyperactivité, ni d'autisme, ni du syndrome d'Asperger, mais aussi ne pas être dyslexique.

Si, comme l’explique Le Figaro, le don de sperme est par essence eugéniste puisqu’il exclut les donneurs en mauvaise santé ou souffrant de maladies transmissibles, cette nouvelle condition choque car la dyslexie n’est pas forcément héréditaire. Elle désigne un trouble cognitif qui rend plus difficile l'apprentissage de la lecture. 1 à 10% de la population britannique souffrirait d'une forme de dyslexie à des degrés divers. La Haute autorité d’embryologie et de fertilisation humaine (« Human Fertilisation and Embryology Authority ») a donc diligenté une enquête et sommé la banque de sperme de fournir des explications.

Rémunérés en fonction de la qualité du sperme

Dans The Guardian, Steve O’Brien, l’un des dirigeants de l’Association internationale des dyslexiques, s’est de son côté dit « choqué » : « C'est de l'eugénisme. Cela envoie un message : les dyslexiques n'ont pas leur place dans la société. En suggérant que vous ne pouvez pas donner votre sperme parce que vous êtes dyslexique, vous heurtez la confiance des gens. Ce genre de pratique fait que les personnes sont ensuite intimidées et n'osent pas admettre qu'elles sont dyslexiques et demander de l'aide. »

Les pratiques eugénistes des banques de sperme sont régulièrement dénoncées. Une société américaine baptisée GenePeeks propose ainsi un système de dépistage de maladies génétiques à partir des ADN des deux géniteurs. Dans certaines banques de sperme aux États-Unis, les donneurs sont même rémunérés en fonction de la « qualité » de leur semence.

 

Dernière màj le 8 décembre 2016