|

Roumanie – Veolia dans la tourmente

Pays : Roumanie

Tags : Corruption, Veolia, Bucarest

Pots-de-vin, trafic d’influence. À Bucarest, l’entreprise française est au coeur d’un scandale de corruption

À Bucarest, la hausse des tarifs se monnaye. En vue d’obtenir l’autorisation d’augmenter le prix de l’eau dans la capitale roumaine, des cadres d’Apa Nova, filiale de l’entreprise française Veolia, sont accusés d’avoir versé des pots-de-vin aux autorités. Comme le rapporte le site Romania Insider, les enquêteurs estiment le montant total de ces enveloppes à plus de 12 millions d’euros. Plusieurs employés de la ville seraient concernés par ce trafic d’influence, dont Costin Berevoianu, l’un des plus proches conseillers du maire de la ville, Sorin Oprescu.

En 2000, Apa Nova, une société qui appartient à 73,7 % à Veolia Eaux – Compagnie générale des Eaux, avait obtenu un contrat de 25 ans pour l’exploitation des systèmes publics de gestion des eaux à Bucarest. Comme le note le site Euractiv, la société a également construit et géré une centrale de traitement des eaux dans les environs de la capitale, financée grâce à des fonds européens, et aussi restauré les puits artésiens de la ville.

Un système d’espionnage

Les enquêteurs roumains estiment par ailleurs que l'augmentation des prix de l'eau potable et des services d'égouts d'Apa Nova ont permis à l'entreprise de voir son chiffre d'affaires fleurir : il est passé de près de 500 millions de lei (113 millions d'euros) en 2011 à 667 millions de lei (151 millions d'euros) en 2012. Une augmentation de près de 6 millions d'euros des bénéfices nets a aussi été constaté sur un an. Depuis 2008, le prix de l’eau aurait augmenté de 125 % dans la capitale roumaine.

L’agence anti-corruption évoque aussi l’existence d’un système d’espionnage au sein même de la filiale de Veolia, selon l’Observatoire des multinationales. D’anciens agents des services secrets auraient été chargés de s’assurer que les employés d’Apa Nova ne révéleraient pas l’existence des pratiques frauduleuses.

Depuis la chute du régime communiste en 1989, le nombre de foyers alimentés en eau courante et disposant de sanitaires reliés aux égouts a beaucoup augmenté. Selon l'agence de presse Mediafax, il aurait ainsi été multiplié par 37 000 entre 1990 et 2011.

 

Dernière màj le 8 décembre 2016