|

Roumanie – Musée anti-corruption

Pays : Roumanie

Tags : Corruption, pot-de-vin

Pour dénoncer la corruption qui sévit toujours dans le pays, un musée virtuel a vu le jour sur Internet.

Sur la page Internet défilent des peintures virtuelles. Sur ces toiles figurent des belles voitures, des mallettes remplies d’argent ou encore des cellules de prison. Bienvenue au tout nouveau musée roumain de la corruption, qui a la particularité de ne pouvoir être visité qu’en ligne. Cette galerie d’un nouveau genre est l’œuvre de l’agence de marketing digital Kinecto Isobar, raconte un article de Iasi News, repris par le site 8ème étage. L’objectif : dénoncer de manière originale la corruption qui continue de sévir dans le pays.

Certains fonctionnaires locaux ont « réussi à faire du pot-de-vin un véritable art », résument les concepteurs du projet, pour justifier leur démarche. L’agence a expliqué à la BBC que l’initiative se veut avant tout éducative et souhaite démontrer que l’argent n’est pas le seul moyen utilisé pour corrompre quelqu’un. Les œuvres, toutes basées sur des fait réels, dépeignent ainsi des moutons, de l’eau minérale ou encore des corps de femmes nues : « certains pots-de-vin sont tellement incroyables qu’on pourrait croire qu’ils ont été inventés par des créatifs travaillant pour des agences de publicité. »

« Pot-de-vin au cimetière »

Les tableaux illustrent ainsi quelques-unes des affaires les plus emblématiques de ces derniers mois, à l’instar de « Pot-de-vin au cimetière », clin d’œil à l’affaire Darius Valcov, l’ex-ministre des Finances, qui aurait supposément reçu des sacs remplis d’argent dans un cimetière. Ces derniers temps, il ne se passe pas une semaine sans que n’éclate un nouveau scandale de corruption en Roumanie. Avec son opération mains propres, qui secoue le pays depuis 2012, le Parquet national anticorruption (DNA) n’en finit plus de mettre des personnalités en examen.

Le dernier épisode de ce feuilleton interminable date du 30 mai 2016, lorsque les procureurs roumains ont déposé des accusations de corruption contre 77 médecins auxquels une compagnie pharmaceutique aurait offert des voyages en Inde pour les remercier de promouvoir leurs médicaments contre le cancer.

 

Dernière màj le 9 juin 2016