|

République tchèque - Prague, capitale du travail

Pays : République Tchèque

Tags : Chômage, Europe, Prague

Prague peut se targuer d’avoir l’un des taux de chômage les plus faibles de toute l’Union européenne.  Ces bons résultats suscitent pourtant l’inquiétude de la presse locale.

Peut-on se plaindre d’avoir trop peu de chômeurs dans sa ville ? La réponse peut sembler invraisemblable, mais… oui ! « Prague, la ville où le chômage est trop bas », a même titré Courrier-International, le 7 mai 2015. L’article fait suite à un rapport de l'office de statistique européen Eurostat, relayé par le quotidien tchèque Lidové noviny. D’après cette étude, la capitale de la République tchèque se démarque comme « la ville européenne du travail » avec un taux de chômage de 2,5%, soit le plus bas de toute de l’Europe, où le nombre de demandeurs d’emploi gravite autour de 10%.

Mais, d’après Lidové noviny, un faible taux de chômage pourrait être tout aussi « dévastateur » qu’un taux de chômage élevé. Ce résultat dénote surtout, selon le quotidien, un manque de main d’œuvre, qui risque de s’aggraver à cause d’une démographie en chute libre. Les journalistes Tchèques craignent aussi le renforcement d’inégalités dues à la « centralisation de la richesse dans une seule région, ce qui n’est pas autant le cas dans la plupart des pays occidentaux ».

Un taux national de 6,1%

Ce déficit de main d’œuvre pourrait avoir des conséquences néfastes sur l’économie. Pour que la croissance atteigne les 2,5% en 2015, le nombre d’actifs devrait augmenter de 1%. Pour parvenir à cet objectif, « on aurait besoin de davantage de travailleurs, suggère Lidové noviny. Où les trouvera-t-on ? ». Sur ce point, avec un taux de chômage de 6,1% pour l’ensemble du pays, le quotidien ne devrait pas avoir de quoi s’inquiéter.

Interrogé par le site belge Levif.be, Benoît Mahy, professeur à l'Université de Mons et chef du service d'Analyse économique du travail, relativise. Selon lui, le manque de main-d’œuvre confère aux travailleurs un important pouvoir de négociation. « Quand on a, comme ici, un taux de chômage faible, cela peut être propice à une augmentation des salaires », assure-t-il. Ce qui entraine donc une meilleure qualité de vie.

Seule ombre au tableau, le taux de chômage des jeunes de moins de 24 ans vient ternir l’étiquette « de la ville européenne du travail ». Selon le site du gouvernement czech.cz, « 10% de cette catégorie d’âge est sans emploi dans la capitale tchèque et sa région ».

 

Fabiola Dor 

 

Dernière màj le 8 décembre 2016