|

Rentrée littéraire : "Sans Véronique" d’Arthur Dreyfus

Pays : France

Tags : Littérature, terrorisme, roman

Avec Sans Véronique, Arthur Dreyfus (30 ans, et déjà trois romans) réussit un roman à la fois courageux et brillant, qui mêle plusieurs destins et plusieurs histoires, avec en toile de fond, le monde comme il va aujourd’hui. Nous sommes à l’été 2015 et un Tunisien, étudiant a priori sans problème, vient de massacrer à la kalachnikov trente-huit personnes sur une plage de Sousse, avant d’être abattu par la police. Véronique fait partie des victimes. C’est son corps qui a été, le premier, montré à la télévision.

Le récit va suivre deux trajectoires parallèles : le calvaire du mari de Véronique, Bernard, qui part pour la Syrie, afin de se faire justice lui-même, d’en tuer "au moins un", et l’itinéraire du tueur. Même s’il lutte avec le réel -"qui est toujours ce que l’on n’attendait pas" selon les mots du philosophe français Henri Maldiney, épigraphe du livre- Arthur Dreyfus fait œuvre de romancier. Ses mots sont autant de sons ; ceux de l’amour (entre Véronique et Bernard), ceux du manque d’amour et ceux du dépit (Seiffedine le terroriste) ou encore ceux d’une amitié peut-être amoureuse (les inconnus du métro). 

Cette mort-là avait le pouvoir d’anéantir la logique, la respiration et la chronologie

Arthur Dreyfus, "Sans Véronique"

On entend beaucoup dans ce roman, on écoute même, plus qu’on ne lit cette étrange mélodie ponctuée par les mots des poètes et les mots des chansons. Un récit fluide qui se déroule comme un plan séquence, juste un point qui vient clore la longue phrase que sont les différents chapitres de Sans Véronique, parce que justement le réel, le récit ne peut se fragmenter.

Une littérature contemporaine qui pose la question terrible de ces morts gratuites, de ces morts pour rien, de ces morts absurdes. Quelque part, comme le dit Arthur Dreyfus, Sans Véronique se veut "une exonération des victimes", de ces anonymes. "Cette mort-là avait le pouvoir d’anéantir la logique, la respiration et la chronologie", écrit-il. 

 

Rentrée littéraire : "Sans Véronique" d’Arthur Dreyfus
Rentrée littéraire : "Sans Véronique" d’Arthur Dreyfus A. Dreyfus relate l'histoire d'un homme déchiré par le terrorisme, après la mort de sa femme dans un attentat. Rentrée littéraire :
Dernière màj le 4 janvier 2017