|

Régionales allemandes : la droite populiste gagne son pari

Pays : Allemagne

Tags : AFD, élections régionales, élections locales, élections législatives

La crise des réfugiés a fortement influé sur les résultats des régionales allemandes. Les élections ont été l’occasion pour de nombreux électeurs de définitivement signifier leur désaccord avec la politique d’accueil d’Angela Merkel, et de la grande coalition rassemblant l’Union démocrate-chrétienne (CDU/CSU) et le Parti social-démocrate (SPD). Une aubaine pour les nationaux-conservateurs de l’AfD (Alternative pour l’Allemagne) qui tablaient sur une campagne populiste, et qui enregistrent dimanche des résultats à deux chiffres dans les trois Länder concernés par les élections (à savoir le Bade-Wurtemberg, la Rhénanie-Palatinat et la Saxe-Anhalt). L’AfD siège désormais dans 8 des 16 parlements régionaux.

La grande percée de l’AfD : la droite populiste a dépassé les 10% à l’Est comme à l’Ouest de l’Allemagne. Le parti siègera au sein des Parlements des trois Länder concernés par les élections du dimanche 13 mars. En Saxe-Anhalt, l’AfD devient le deuxième parti, derrière la CDU, avec 24.2% des suffrages exprimés. Jamais dans l’histoire de ces élections un parti vierge de toute expérience parlementaire n’a obtenu un tel score.

Un revers amer pour la grande coalition : la CDU et le SPD ont subi des défaites historiques. Dans deux des trois Etats-régions, le Bade-Wurtemberg et la Saxe-Anhalt, les deux grands partis allemands n’obtiennent même pas assez de voix, ensemble, pour former une majorité.

La victoire des Verts dans le Bade-Wurtemberg : les "Grüne" célèbrent une victoire historique, grâce notamment à leur charismatique ministre-président Winfried Kretschmann. Avec 30,3% des voix (+6,1% par rapport à 2011), les Verts ont conquis l'ancien bastion de la CDU. C’est la première fois que les Verts sont en passe de diriger un Etat fédéré en Allemagne. Cependant, en Rhénanie-Palatinat, le parti a calé.

Réactions aux élections : le gouvernement allemand maintien sa politique sur les réfugiés

Au lendemain de suffrages qui sonnent comme une défaite pour le parti de la chancelière Angela Merkel, l'exécutif allemand a fait savoir, via son porte parole Steffen Seibert, que l'Allemagne allait maintenir "le cours" de sa politique d'accueil des migrants : "Le gouvernement fédéral poursuit de toutes ses forces le cours de sa politique concernant les réfugiés au niveau national et international. (…) Certaines choses ont été faites, d’autres restent à faire. Le but est en tout cas une solution européenne commune, durable, qui conduise à ce que dans chaque pays le nombre de réfugiés [arrivant] baisse de manière notable."

De son côté, le président de la CSU Horst Seehofer, l’allié bavarois de la CDU qui s’oppose à la politique migratoire d'Angela Merkel, estime que "le réponse" à la défaite électorale "ne peut pas être : on continue comme avant".

 

Liste des résultats définitifs (suffrages exprimés) :
 

 

Les Verts deviennent pour la première fois la principale force de l’Etat-région avec 30.3% des suffrages exprimés.

La CDU d’Angela Merkel chute à 27% des voix (contre 39% lors des précédentes élections, en 2011).

L’AfD obtient un score de 15.1% pour ses premières élections.

La SPD obtient seulement 12.7% des voix et enregistre ainsi dans le Bade-Wurtemberg son résultat le plus bas dans ce type d’élections.

Nombre de sièges attribués au parlement local : les Verts 47, CDU 42, AfD 23, SPD 19.

 

Possible coalition :

La question tourne autour d’une alliance entre les Verts et la CDU. Mathématiquement, une alliance à trois, avec le FDP (Parti libéral-démocrate), est toujours possible : les libéraux apparaissent cependant sceptiques à une telle entente.

 

 

 

La SPD reste la principale force avec 36.2% des voix. Celà fait maintenant 25 ans que le centre-gauche gouverne l'Etat-région.

La CDU perd des voix et tombe à 31.8% des suffrages exprimés.

L'AfD obtient un score de 12.6%.

La FDP (parti libéral-démocrate) arrive en quatrième position avec 6.2% des voix : un score qui permettra à la formation politique de sièger au parlement local, après 5 ans d'absence.

Nombre de sièges attribués au parlement local : SPD 39, CDU 35, AfD 14, FDP 7, les Verts 6.

 

Possible coalition :

Sur la table des discussions, une grande coalition locale entre le SPD et la CDU. Une alliance à trois avec les Verts et le FDP est également envisageable.

 

 

 

 

La CDU défend sa position de premier parti avec 29.8% des suffrages exprimés.

L'AfD arrive en deuxième position avec 23.7% des voix.

La Gauche ("die Linke") tombe à 16.3%, dernière l'AfD désormais numéro 2 de l'Etat-région.

La SPD voit son score divisé par deux, tout comme en Bade-Wurtenberg, et obtient seulement 10.6% des voix.

Nombre de sièges attribués au parlement local : CDU 30, AfD 24, Linke 17, SPD 11, Grüne 5.

 

Possible coalition

Aucune alliance avec l'AfD n'est envisageable : les résultats de la Gauche, des libéraux et des Verts ont donc été primordiaux. Ces trois derniers ont obtenu plus de 5% des suffrages exprimés, condition absolue à une possibilité de coalition. La possibilité d'une alliance à trois, voire à quatre, est ainsi ouverte.

 

 

Analyse de Véronique Barondeau, notre correspondante à Berlin :

Landtagswahlen: Ist der AfD-Sieg nur der Flüchtlingskrise geschuldet?

 

La grande coalition CDU/SPD, principale force politique en Allemagne, a subi de lourdes pertes lors de ces élections. Un vote sanction inhabituel pour la chancelière Angela Merkel :
 

Landtagswahlen: Wie ist der Stimmungstest für Kanzlerin Merkel ausgefallen?