Réfugiés syriens : l’exil européen

ARTE Reportage - samedi, 9 janvier, 2016 - 18:35

Pays : Syrie

Tags : réfugiés syriens, exil, union européenne

Des centaines de milliers de personnes qui arrivent en Europe, des frontières qui se ferment, des clôtures qui s’érigent…. la crise des migrants fait vaciller l’Europe depuis cet été. 

Derrière les chiffres, des histoires d’hommes, de femmes et d’enfants, qui ont fui la guerre ou la misère, ou les deux. ARTE Reportage a voulu raconter plusieurs de ces histoires. Le point de départ : l’île de Kos en Grèce, au mois de juin. La porte d’entrée de l’Europe pour des centaines de migrants qui arrivent chaque jour sur des canots de fortune, en provenance de Turquie. La plupart sont Syriens. Qu’ils fuient le groupe Etat Islamique ou l’oppression du régime, ils ont décidé de tout quitter pour trouver refuge en Europe. 

Parmi eux, Abdulkader, Omar et Bassel. L’un rêve d’aller en Allemagne, l’autre aux Pays-Bas et le troisième en Suède. Ils y sont parvenus, certains avec toute leur famille. C’est dans chacun de ces pays que nous les avons retrouvés. Et suivis pendant plusieurs mois. Leurs vies ont déjà pris des cours différents.

 

Réfugiés syriens : l’exil européen

 

De Nathalie Georges, Antje Stahlschmidt, Emmanuel Royer et Isabelle Nommay – ARTE GEIE – France 2015 

Notre entretien avec la journaliste réalisatrice du reportage
Interview de Nathalie Georges
Le Nord de l’Europe ferme ses portes aux réfugiés

Après le rétablissement provisoire et aléatoire des contrôles à ses frontières le 11 novembre 2015 visant à réduire le nombre de migrants arrivant sur son territoire, la Suède a décidé ce 4 janvier de systématiser tous les contrôles à sa frontière avec le Danemark. Pour éviter une situation "d’engorgement" et de blocage, le Danemark a décidé le même jour d’instaurer des contrôles à sa frontière avec l’Allemagne. Des mesures prévues dans le code des frontières de Schengen.

En effet, si le ministre allemand des Affaires étrangères prédit la fin des accords de Schengen, il oublie que le contrôle aux frontières internes est autorisé, dans les situations exceptionnelles, par le code des frontières de Schengen : "En cas de menace grave pour l’ordre public et la sécurité intérieure, les pays concernés peuvent exceptionnellement réintroduire le contrôle à leurs frontières intérieures."

Néanmoins il faut reconnaître que le principe de libre circulation dans l’espace Schengen vacille. Mis en application en 2006, l’accord permet à tous les citoyens européens de se rendre librement d’un pays à l’autre sans obstacle ni contrôle douanier. Le contrôle aux frontières extérieures est, lui, dévolu aux pays qui bordent l’espace Schengen. 

Mais depuis la crise des réfugiés et l’afflux massif de populations victimes des guerres au Moyen-Orient, certains pays européens ont décidé de réinstaurer les contrôles à leurs frontières nationales. Ce phénomène s’est accru en 2015 avec la vague d’attentats en France.

Après l’Allemagne, qui a fermé ses frontières en septembre 2015 pour contenir l’arrivée de migrants supplémentaires, la Suède a décidé de rétablir les contrôles à ses frontières en novembre. La situation se durcit le 4 janvier 2016 : considérant ne plus être en capacité d’accueillir de nouveaux demandeurs d’asile, la Suède décide de contrôler systématiquement l’identité de toutes les personnes qui transitent depuis le Danemark. De son côté, le Danemark barre la route aux migrants en instaurant des contrôles à sa frontière avec l’Allemagne.

160 000 réfugiés ont trouvé asile en Suède en 2015. En 2014, ils étaient environ 80 000. La Suède estime aujourd’hui avoir atteint le nombre limite de personnes pouvant être accueillies décemment. Le taux d’immigration représente actuellement 20% de la population. La Suède met ainsi fin à l’esprit de solidarité envers les demandeurs d’asile qui la caractérise depuis tant d’années.  

A découvrir

sandra-terry.jpgSandra et Terry : de Damas à l'Alsace

Sandra et Terry sont Syriens, jeunes, issus de milieux favorisés, pas forcément hostiles au régime avant que ne commence la guerre. Pourtant, ils ont fui leur pays, la violence et la folie meurtrière de la guerre civile. Mais ce n'est pas la Syrie qu'ils racontent ici. C'est leur nouvelle vie de réfugiés, leur vie de déracinés. Leurs petits bonheurs, les difficultés du quotidien, leurs interrogations sur leur nouveau pays.

 

A (re)voir
suede

Suède, terre promise des réfugiés

La Suède est le pays d'Europe qui compte le plus de réfugiés par habitants. Cette générosité est toujours d'actualité, malgré les quotas définis à l'échelle de l'Union : les demandeurs d'asile syriens ou irakiens continuent d'y affluer en masse.