Quoi de neuf à l’est ?

Pays : Bulgarie, République Tchèque, France, Allemagne, Roumanie, Slovaquie

Tags : THEMA, UE, Europe

En 2004, dix nouveaux pays faisaient leur entrée dans l’Union européenne avec tambours et trompettes. Alors que le rideau de fer avait divisé le continent pendant un demi-siècle, le projet d'élargissement devait ouvrir une nouvelle page. Les nouveaux arrivés – auxquels il faut ajouter la Roumanie, la Bulgarie et la Croatie – ont-ils pu tirer profit de leur adhésion ? Si l’Estonie connaît des succès dans les nouvelles technologies, la Bulgarie ne semble pas près de sortir du marasme économique et politique – d’autant que ce pays à la frontière orientale de l’Europe doit faire face à un afflux de réfugiés syriens. C’est depuis Varsovie – métropole moderne et dynamique – qu’Andrea Fies tente de répondre à ces questions par le biais de reportages, d’entretiens et d’analyses.

Les invités de cette soirée THEMA :

 

Günther Pleuger
Agé de 73 ans, ce diplomate allemand a occupé plusieurs fonctions en Allemagne et à l’étranger. Il effectue d’abord des études de droit et de sciences politiques dans les universités de Cologne et Bonn, ainsi qu’une année d’études à l’Ecole nationale d’administration (ENA) à Paris. De novembre 2002 à juillet 2006, il est représentant de la République fédérale d’Allemagne aux Nations Unies à New York, poste qu’il occupe notamment  lorsque l’Allemagne assure la Présidence du Conseil de sécurité de l’ONU. Secrétaire d’Etat aux Affaires Européennes de 1999 à 2002, il est également directeur politique au Ministère des Affaires étrangères ainsi que l’adjoint du ministre des Affaires étrangères Joshka Fischer. Depuis le 1er octobre 2008, il est Président de l’université Viadrina à Francfort. (Sources : wikipedia.org & europa-uni.de)

 

György Dalos

Né en 1943 à Budapest, cet écrivain et historien hongrois a été recueilli et élevé par sa grand-mère, suite au décès de son père dans un camp  de travail. Après des études d’histoire à l’université de Moscou de 1962 à 1967, il devient membre du parti communiste hongrois  et reçoit, à cause de ses activités considérées « hostiles à l’Etat »,  l'interdiction professionnelle et de publication. En 1984, il obtient une bourse pour intégrer le centre de recherches d’Europe de l’Est de Brême. De 1987 à 1995, il partage sa vie entre Vienne et Budapest où il travaille pour divers journaux et radios. Directeur de l’institution d’Heinrich Böll à Cologne de 1992 à 1997, il a également dirigé l’institut culturel hongrois à Berlin. Ses œuvres et publications lui ont valu l’obtention de quatre prix, notamment un de littérature en 2010 intitulé «prix du livre pour la reconstruction européenne » de Leipzig. Il vit aujourd’hui en écrivain libre à Berlin. Certains de ses livres sont traduits dans des pays tels que la France, l’Angleterre et le Japon. (Sources : perlentaucher.defaz.net)

 

Vladimir Vasak

Agé de 50 ans, cet ancien diplômé du Centre de formation des journalistes à Paris travaille comme reporter à Arte. A la fois présentateur, réalisateur et journaliste, il effectue des reportages dans les pays d’ex-URSS, les Balkans ou en Amérique du Nord. Sa participation à l’Atelier Robert Doisneau lui a permis de rédiger pour la publication d’ouvrages présentant les photos prises par Doisneau en Alsace en 1945, ainsi que celles faites aux Halles à Paris (Éditions Flammarion). Il a également réalisé deux web-documentaires, l’un sur la ville de Palm Springs en Californie, pour Arte, l’autre sur « le destin des Halles de Paris », pour France Télévisions. En 2009, il gagne le prix Louise-Weiss du journalisme européen pour son documentaire de quarante minutes sur « le tour de la Mer Noire », suivi en 2013 d’un « Talents du vélo » récompensant ses reportages sur le vélo. (Sources : arte.tvglenatlivres.com)

 

L’élargissement de l’UE vu par Martin Schulz & Jacques Rupnik :

Vladimir Vasak a interviewé Martin Schulz, Président du Parlement européen et Jacques Rupnik, professeur à l'Institut d'études politiques de Paris et spécialiste des problématiques de l'Europe centrale et orientale.

L’euro a-t-il été une bénédiction ou une malédiction ? 

Cette question a divisé l’Europe en deux, à l’est aussi. Meilleur exemple avec la République Tchèque et la Slovaquie, deux positions différentes de deux pays qui formaient autrefois un seul Etat. Qui était du bon côté pendant la crise économique ? Eléments de réponse dans notre reportage :

 

 

Dernière màj le 8 décembre 2016