|

Qui était François Mitterrand ? Témoignages

Pays : France

Tags : C. Barbier, E. Roussel, E. Plenel, R. Bacqué, B. Debré, J. Attali, F. Mitterrand

Qu'ils soient journalistes, écrivains, ancien ministre ou ancien conseiller de François Mitterrand, tous témoignent d'une personnalité hors du commun, d'un personnage brillant et controversé.

 

Christophe Barbier, journaliste, directeur de la rédaction de "L'Express"

« Il reste de François Mitterrand un meuble Renaissance (...) avec des tiroirs secrets (...). Dans cinquante ans, dans cent ans, on ouvrira encore des tiroirs et des secrets de François Mitterrand. »

François Mitterrand, que reste-t-il de nos amours ?

 

 

Éric Roussel, journaliste et écrivain, auteur d'une biographie sur François Mitterrand

« La gauche est arrivée au pouvoir portée par quelqu'un qui au fond de lui-même avait un rapport avec le socialisme  quand même très problématique. »

François Mitterrand, que reste-t-il de nos amours ?

 

Edwy Plenel, journaliste, ancien directeur du quotidien "Le Monde" et fondateur du site Médiapart

« Il était transgressif, charismatique, multiple, triple, double, (...) romanesque, cynique, habile, un peu aventurier... »

François Mitterrand, que reste-t-il de nos amours ?

 

Raphaëlle Bacqué, journaliste, grand reporter au quotidien "Le Monde"

« Tous ceux qui l'avaient accompagné, qui l'avaient approché, avaient le sentiment d'avoir côtoyé un homme qui avait d'une certaine façon changé leur vie ou, en tout cas, rendu leur vie plus intéressante, donné un sens à leur vie. »

François Mitterrand, que reste-t-il de nos amours ?

 

Bernard Debré, urologue et homme politique, ancien ministre du gouvernement d'Édouard Balladur

« J'ai téléphoné avenue de Tilsitt où siégeait le camp Chirac, pour dire "Voilà, je suis un militant RPR, pour qui faut-il voter ?" Et on m'a répondu : "Il faut voter François Mitterrand". »

François Mitterrand, que reste-t-il de nos amours ?

 

Jacques Attali, économiste et écrivain, ancien conseiller de François Mitterrand

« Il y a une phrase qui l'a choqué dans la préface de Verbatim (...) où j'ai dit ce qui le définissait. C'était "Pas vu pas pris". »

François Mitterrand, que reste-t-il de nos amours ?

 

Dernière màj le 8 décembre 2016