|

Pologne – La malbouffe bannie des cantines

Pays : Pologne

Tags : Obésité, malbouffe

Dans le pays, l’obésité chez les jeunes progresse plus vite qu’aux Etats-Unis. Une loi interdit désormais certains aliments dans les cantines scolaires.

Les écoliers polonais sont au régime. Depuis le 1er septembre, une loi interdit la malbouffe dans les cantines scolaires du pays. Fini les hamburgers, la viande grasse et la mayonnaise dans les sandwichs servis au déjeuner, tout comme les chips, les gâteaux et les boissons sucrées distribués dans les épiceries dont sont équipés deux tiers des établissement locaux. D’après les observateurs, notamment l’Organisation mondiale de la santé (OMS), en Pologne, les adolescents grossissent plus vite que leurs homologues américains, pourtant considérés comme des « champions » en la matière. Dans la catégorie des 11-15 ans, près d’un enfant sur quatre est cliniquement obèse, rappelle Radio France Internationale (RFI) sur son site Internet. Un chiffre multiplié par dix ces trente dernières années.

Le site de RFI note que l’embonpoint progressif des jeunes Polonais correspond à la croissance économique du pays, entamée depuis la chute du communisme, en 1989. Parmi les causes de ce surpoids, qui concerne aussi bien les filles que les garçons, une alimentation trop riche en graisse et en sucre, au détriment des légumes et des fruits. Ainsi que le manque de pratique sportive. Une situation d’autant plus préoccupante que ces enfants risquent, à terme, de graves problèmes de santé : diabète, surtension et même cancer.

 

59% de la population européenne est en surpoids

 

En Europe, 59% de la population est obèse ou en surpoids"

OMS

Selon la nouvelle loi, les commerçants ne respectant pas les règles édictées par ce texte s’exposeront à des amendes pouvant aller jusqu’à 5 000 zlotys, l’équivalent de 1 200 euros. Le ministère de l’Education nationale polonais veut par ailleurs inciter les jeunes à faire du sport. Désormais, selon RFI, les critères de notation en cours d’éducation physique ne seront plus basés sur le résultat sportif mais sur la volonté de l’élève dans l’effort.

Forcément, cette rigueur alimentaire n’enchante pas les établissements scolaires. Pour les cantines, cuisiner équilibré a un coût. Les tarifs des repas vont augmenter et se répercuter sur les familles. Quant aux points de vente situés dans les écoles, ils s’inquiètent pour la survie de leurs commerces et pointent l’hypocrisie de la loi : pour se faire une pause chips, bonbons ou sodas, les élèves n’auront qu’à aller au supermarché. RFI conclut en donnant la parole à un nutritionniste, qui résume les écueils de la mesure : « On peut instaurer beaucoup de lois pour dicter aux enfants ce qu’ils doivent manger mais pour que ce soit efficace, c’est aux parents de les éduquer à la maison. »

Publiées le 23 septembre 2015,  les conclusions d’un rapport de l’OMS sur la santé en Europe font écho aux surpoids des jeunes Polonais. « La région européenne enregistre les taux les plus élevés au monde en termes de consommation d’alcool et de tabagisme et, en ce qui concerne les taux de surpoids et d’obésité, elle se classe juste derrière la région des Amériques », peut-on lire dans ce travail, repris par Les Echos. En Europe, 59% de la population est obèse ou en surpoids. Selon l’OMS, chez les personnes âgées de 18 ans ou plus, ce sont les habitants de la principauté d’Andorre qui affichent le plus d’embonpoint, juste devant les Maltais, les Tchèques, les Britanniques…et les Polonais.

 

Dernière màj le 8 décembre 2016