Plan Juncker : des investissements en trompe-l’œil ?

Pays : Union européenne

Tags : politique financière, investissements, plan Juncker, esclavage moderne

Au sommaire cette semaine : enquête sur le plan Juncker, lancé en juin 2015 pour stimuler la croissance et relancer l'emploi dans une Europe en crise, entretien avec Enrico Letta, président du Conseil des ministres italien en 2013-2014 et reportage en Pologne, où la Corée du Nord aurait envoyé des centaines de travailleurs en tant qu'"esclaves d’État"

 

Le débat de la semaine : lancé en juin 2015 pour stimuler la croissance et relancer l'emploi dans une Europe en crise, le plan Juncker prévoit de mobiliser 315 milliards sur trois ans. À mi-parcours, la Commission européenne se targue d'avoir financé trois cent mille PME et d'avoir créé cent mille emplois. Mais n'exagère-t-elle pas les effets bénéfiques de ce plan ? Comment choisit-on les projets soutenus ? Comment expliquer que Londres ait reçu cinq fois plus d'aides qu'Athènes en 2016 ? Ce plan de relance annonce-t-il la fin de l'austérité ou s'agit-il d'un coup de bluff ? Vox pop a enquêté en Belgique, au Luxembourg et en France.

L'interview de la semaine : Enrico Letta, président du Conseil des ministres italien en 2013-2014 et vice-président de l’Institut Jacques Delors.

Le "Vox report" : en Pologne, la Corée du Nord aurait envoyé des centaines de travailleurs en tant qu'"esclaves d’État".

Le tour d'Europe des correspondants : comment nos voisins relancent leur économie.

En partenariat avec

news-republic-logo.png

RETOUR À LA PAGE D'ACCUEIL​