|

Parlez-vous le langage de la mondialisation ?

Pays : Union européenne

Tags : déchiffrage, mondialisation

Voici quelques définitions pour tout comprendre à la mondialisation et ses enjeux. 

Qu'est-ce que la division internationale du travail ?

La division internationale du travail correspond à la situation dans laquelle des pays se spécialisent dans des activités différentes, chacune de ces activités donnant naissance à des exportations à destination de pays qui ne les exercent pas.

La division internationale du travail repose sur l'analyse des avantages comparatifs (cf. Qu’est-ce que l’avantage comparatif de Ricardo dans « Déchiffrage » n° 2). Cette division internationale du travail est censée apporter un surplus d'efficacité à l'ensemble de la communauté mondiale. Néanmoins, elle est très débattue. La division traditionnelle du travail oppose les pays qui exportent principalement des produits manufacturés à ceux qui exportent principalement des produits bruts (ou matières premières).

> Pour en savoir plus

 

Qu'est-ce qu'un « consommateur en dernier ressort  » ?

On désigne par « consommateur en dernier ressort » un acteur économique (souvent les ménages d’un pays) qui permet la croissance d’une économie qui ne parvient pas à exporter. Ainsi, on qualifie les Français de consommateurs en dernier ressort de la zone euro car la consommation ayant baissé partout ailleurs ou presque dans la zone, la France ne peut pas compter sur les exportations vers ses voisins européens pour sortir de la récession. Sa (faible) croissance actuelle vient surtout de ses « consommateurs en dernier ressort », c’est-à-dire des ménages français.

 

Les IDE, qu'est-ce que c’est ?

Le FMI définit les investissements directs à l'étranger (IDE) comme des « engagements de capitaux effectués en vue d'acquérir un intérêt durable, voire une prise de contrôle dans une entreprise exerçant ses activités à l'étranger ».

En termes plus directs, il s’agit des investissements réalisés dans des pays étrangers. Ils prennent en fait plusieurs formes, dont le rachat d’au moins 10 % des parts d’une entreprise qui exerce ses activités à l’étranger ou l’implantation d’une entreprise à l’étranger.

> Pour aller plus loin

 

Dernière màj le 8 décembre 2016