|

Parlement européen : vingt assistants du FN soupçonnés de fraude

Pays : Union européenne

Tags : front national, Parlement européen, Fraude

Des assistants de députés européens frontistes sont suspectés de ne pas travailler réellement pour l'Union européenne. L’office européen de lutte antifraude a été saisi. Réunis en session plénière, les députés européens n'ont pas manqué de réagir. Ceux du front national dénoncent une " manipulation politique". En attendant les premiers résultats de l'enquête une chose est sûre : l'intervention de l'Olaf marque un contrôle renforcé des institutions européennes. 

 

Le Parlement européen a annoncé lundi soir avoir saisi l'organisme antifraude de l'Union européenne, l'Olaf, d'éventuelles irrégularités financières commises par le Front national. Les soupçons portent sur des salaires versés à vingt assistants de parlementaires européens, qui apparaissent sur l'organigramme frontiste et semblent donc avoir des responsabilités politiques au sein du parti, alors qu'ils "doivent nécessairement et directement travailler à l'exercice du mandat parlementaire des députés européens", rappelle le Parlement sur la base de son règlement interneLe préjudice représenterait 7,5 millions d'euros pour l'ensemble de la législature, selon les chiffres avancés par le quotidien Le Monde.

Parmi les craintes évoquées figure la possibilité que les salaires versés aient servi "directement ou indirectement à financer des contrats établis avec des groupes politiques du Parlement ou des partis politiques""L'organigramme de la direction nationale du parti reprend quatre assistants accrédités (à Strasbourg ou à Bruxelles) et seize assistants locaux (dans les circonscriptions). Parmi les assistants locaux concernés, dix ont conclu un contrat de travail qui indique comme adresse d'exécution l'adresse du siège du Front national, à Nanterre", détaille l'institution européenne.

Les caciques du Front national, formation qui compte vingt-trois députés européens, n'ont pas tardé à réagir. Sans attendre le discours officiel, la présidente du parti, Marine Le Pen, a annoncé sur Twitter son intention de déposer "une plainte pour dénonciation calomnieuse" , voyant la main du premier ministre derrière ces soupçons.

 

 

Dans les couloirs du Parlement européen à Strasbourg, où les députés sont réunis depuis le 9 mars en session plénière, les réactions suite à l'annonce de Martin Schulz ne se sont pas fait attendre. Nous avons interrogé les députés centristes Jean-Marie Cavada et Michael Theurer, le socialiste Eric Andrieu, le vice-Président du Front national Louis Aliot et Manlio Massei, un fonctionnaire italien travaillant au Parlement européen. 

 

ARTE Info : que pensez-vous de l'enquête que devrait ouvrir l'Olaf à la demande du Président Martin Schulz ?


"Le Parlement ne tire pas de conclusions mais fait part de soupçons, estime pour sa part Jaume Duch, le porte-parole du Parlement européen. C'est désormais à l'Olaf de se prononcer en sa qualité d'organisme anti-fraude de l'UE" . Pour ouvrir une enquête, les experts devront déterminer si le sujet relève de leurs compétences et s'il existe un ''soupçon suffisamment fondé de fraude ou de corruption'', indique l'organisme qui précise que le fait d'enquêter ne prouve pas la culpabilité des personnes. Ce n'est pas la première fois qu'une telle procédure est ouverte, mais en faisant part publiquement de ses soupçons, le Président Martin Schulz affirme sa volonté d'intensifier la lutte contre la fraude au niveau européen. Pour les eurodéputés que nous avons interviewés, le verdict attendu pourrait marquer un tournant dans la politique européenne.

 

ARTE Info : Quelles seront les conséquences de l'enquête menée par l'Olaf ? 

 

En France, la ministre de la Justice Christiane Taubira a été officiellement avertie. Le parquet national financier pourrait ainsi se saisir du dossier, ces pratiques pouvant être assimilées à du financement illicite de parti politique. Le front national, dénonce une "vaste manipulation politique" déclenchée par le Président Martin Schulz, qui aurait agi "sur instruction" du Premier ministre Manuel Valls. A 12 jours du premier tour des élections départementales, l'existence de fraude au sein d'un parti qui se revendique transparent et proche des électeurs pourrait en effet faire chuter les intentions de vote qui plafonnent actuellement à 30%. 

 

ARTE Info : Si la fraude est avérée, que va-t-il se passer au sein du parti frontiste?

 

Les assistants parlementaires : un travail dans l’ombre des députés

3590 assistants sont actuellement enregistrés au Parlement européen. Parmi eux, 1520 sont accrédités et travaillent dans les locaux de Bruxelles et de Strasbourg ; les 2070 autres dits ‘’locaux’’ sont employés par les députés dans leur circonscription d’origine. Leur principale mission consiste à gérer les tâches politiques, législatives ou administratives selon les besoins du député qui l’emploie. Dans l’ombre de ce dernier, l'assistant a un rôle important car c’est lui qui fait le lien entre l’institution, le député et le citoyen.