|

Norvège – Semences mises à contribution

Pays : Norvège

Tags : sécurité alimentaire, semences, graines

Conséquence de la guerre en Syrie, la Réserve mondiale de semences, conçue pour préserver des échantillons des principales espèces cultivées, est sollicitée.

Située sur l'archipel norvégien du Svalbard, dans l'Arctique, la Réserve mondiale de semences sort de son anonymat. Le lundi 21 septembre 2015, par l’intermédiaire de son coordinateur Åsmund Asdal, cet « Arche de Noé végétale » a annoncé pour la première fois qu’elle allait être mise à contribution du fait du conflit syrien. En effet, la banque de gènes du Centre international de recherche agricole dans les zones arides (Icarda) située dans la ville syrienne d’Alep a été détruite. L’Icarda a donc demandé à récupérer des graines pour reconstituer ses stocks dans les pays voisins, notamment au Liban. Il réclame, selon BFM TV, la restitution de 130 des 325 échantillons entreposés depuis 2012 dans le bunker nordique. Une fois les formalités administratives terminées, les graines rejoindront donc le Moyen-Orient.

Inauguré en 2008, l’entrepôt norvégien, également surnommé « chambre forte du Jugement dernier », fait office de filet de sécurité pour les quelques 1 700 banques de gènes existant à travers le monde, explique le Huffington Post. Son objectif, selon le site d’information : « Préserver des échantillons de graines des principales espèces cultivées afin de se prémunir contre les risques de disparition provoqués par les catastrophes naturelles, les guerres, le changement climatique, les maladies, les accidents ou la gestion hasardeuse des banques de gènes existantes. »

865 000 échantillons

Enfouie à plus de 120 mètres à l’intérieur d’une montagne, dans une région paisible et reculée, la Réserve mondiale de semences est ultrasécurisée et assure des conditions de conservation optimales à une température de -18°C. Derrière une porte blindée, les trois grosses cavités qui forment l’entrepôt peuvent accueillir jusqu’à 4,5 millions de variétés stockées dans des caisses ou des caissons alignés sur des étagères. Plus de 865 000 échantillons ont, à ce stade, été déposés par 65 banques de gènes différentes, selon Åsmund Asdal, ce qui représente plus de 40% de la diversité génétique végétale mondiale d’après le journal norvégien Verdens Gang .

 

Dernière màj le 8 décembre 2016