Nombre record de civils victimes d'attentats en 2017

Pays : Afghanistan

Tags : Afghanistan, Civils, Attentats

Dans le conflit en Afghanistan, les attentats sont devenus la première cause de mortalité devant les combats terrestres, comme le révèle la Mission d'assistance à l'Afghanistan des Nations unies (Manua) dans son rapport annuel sur les victimes civiles. Au total, 57 attaques suicides et autres formes d'attentats ont eu lieu en 2017. Ils ont tué 605 personnes et ont fait 1690 blessés. 

En janvier 2018, trois attaques majeures se sont produites à Kaboul et une autre à Jalalabad, contre l'ONG britannique Save the Children. Des attentats qui ont coûté la vie à 130 personnes, et fait 250 blessés en l'espace de dix jours. 

Les gens sont tués pendant leurs activités quotidiennes, quand ils voyagent en bus, prient à la mosquée ou simplement parce qu'ils passent à côté du bâtiment visé.

Zeid Ra'ad Al Hussein, Haut commissaire de l'Onu aux droits humains

Les victimes des attaques complexes (avec explosion et intrusion des assaillants) représentent 22% du total. C'est "le bilan le plus lourd jamais enregistré en une seule année (pour ce type d'attaques) depuis que la Manua a commencé à documenter les victimes civils du conflit afghan en 2009", insiste l'ONU.

"Les gens sont tués pendant leurs activités quotidiennes, quand ils voyagent en bus, prient à la mosquée ou simplement parce qu'ils passent à côté du bâtiment visé", relève le Haut commissaire de l'Onu aux droits humains Zeid Ra'ad Al Hussein.

De plus en plus d'attaques sectaires

L'ONU s'inquiète particulièrement de l'augmentation des attaques sectaires, qui ont visé la communauté chiite et ses moquées, principalement Kaboul et Herat, à l'ouest, revendiquées par le groupe Etat islamique. "Le plus préoccupant est l'augmentation d'attaques aveugles sur des zones densément peuplées", insistent les auteurs du rapport - notamment à Kaboul, qui a totalisé 16% du nombre total de victimes en 2017.

Les travaux de l'ONU attribuent près des deux-tiers de toutes les victimes aux insurgés, dont 42% aux talibans, 10% à l'EI et 13% à des rebelles indéterminés. Toujours selon l'ONU, 13% des pertes civiles auraient été causées par les forces gouvernementales et 2% par les forces internationales. Avec l'augmentation du nombre de raids aériens afghans et américains contre les talibans et l'EI, les victimes de bavures étaient en hausse de 7% en 2017 comparé à 2016, avec 295 morts et 336 blessés.

Selon la Manua, la majorité des victimes de bavures ont été tuées par les forces américaines, les seules de la coalition occidentale à conduire des opérations aériennes. Les bombardements américains ont fait 154 morts et 92 blessés civils. Le nombre de femmes et d'enfants affectés par ces frappes est en augmentation. L'Onu estime cependant que les "procédures" s'améliorent, au vu du "ratio entre le nombre de sorties et le nombre de victimes".