|

New Hampshire : qui sont ces Américains qui ont voté Trump et Sanders ?

Pays : États-Unis

Tags : Sanders, Donald Trump, US-Präsidentschaftwahl

La course à la primaire pour la présidentielle américaine bat son plein. Huit jours après l’Iowa, les électeurs du New Hampshire, petit Etat du Nord des Etat-Unis peuplé d’1,3 million d’habitants, ont désigné le démocrate Bernie Sanders et le républicain Donald Trump, deux candidats outsiders, peu connus de l’arène politique. Le parcours pour atteindre la Maison-Blanche est encore long mais les deux candidats ne cessent de grimper dans les sondages. La raison ? Peut-être ont-ils mieux compris que les autres candidats, comment séduire le public visé.

Bernie Sanders, star chez les jeunes grâce à internet 

En savoir plus : 

Le programme de Bernie Sanders et des autres candidats démocrates. 

Quasi inconnu de l'arène politique il y a encore quelques mois, Bernie Sanders n’en finit pas de grimper dans les sondages. Son succès repose sur le soutien des jeunes électeurs et sur une mobilisation croissante de ses partisans sur internet. Dans le New Hampshire, le candidat socialiste a obtenu 83% des votes des jeunes âgés de moins de 30 ans, contre 16% pour Hillary Clinton.

Présent comme tous les autres candidats sur les réseaux sociaux, le sénateur du Vermont a moins de fans que ses concurrents mais enregistre des records de commentaires sur Twitter lors des débats télévisés.

 

 

Sa stratégie : miser sur l’utilisation d’internet, outil de campagne indispensable au XXIe siècle, comme il le confie dans une interview au Los Angeles Times : "Quelqu’un pouvait-il imaginer il y a vingt ans pouvoir s’asseoir devant son ordinateur et s’adresser en même temps à des dizaines de milliers d’Américains, et cela sans dépenser une fortune ?"

Conséquences : le sénateur socialiste, fervent défenseur d'un Etat providentiel à l'européenne et pourfendeur des élites politiques, séduit des électeurs jeunes, adeptes de changement, déplorant l'inégalité des revenus et les lacunes en santé publique. C’est du moins ce que révèle le profil-type des électeurs ayant voté pour lui dans le New Hampshire, selon l’institut CNN :

 

Primaire_Sanders
  • Sources : CNN, ABC News, NYT
     
Donald Trump, l'homme de tous les excès

Donald Trump était arrivé deuxième dans l'Iowa, en dépit des sondages qui le donnaient gagnant. Les élections de mardi s'annonçaient donc comme une revanche lui permettant de prouver qu'il était bien le winner parmi les candidats. Sa campagne s'est cristalisé sur la colère des Américains blancs modestes se sentant laissés-pour-compte, séduits par son discours identitaire et anti-immigrés. "Nous allons rendre à l'Amérique sa grandeur", martèle-t-il sans cesse.

En savoir plus :

Le programme de Donald Trump et des autres candidats républicains.

Son ambition : "Être le plus grand président en matière d'emplois que Dieu ait jamais créé." Vulgaire, indécent, le flamboyant milliardaire, novice en politique, transforme ses meetings en véritables shows. Ses adeptes, toujours plus nombreux, ne se formalisent pas sur son manque d’expérience : le plus important pour eux reste sa vision conservatrice.

 

primaires_trump
Sources : CNN, NYT, ABC News
 
Le New Hampshire, Etat favorable aux outsiders 

Malgré des idéologies très diverses, Bernie Sanders et Donald Trump courtisent une même catégorie d'électeurs. Ils se démarquent des “candidats du système” et s’adressent tous deux aux classes moyennes qui ont subi la crise de 2008, perdant toute confiance dans les "élites dirigeantes", qu'elles accusent d'être à la botte des multinationales et de Wall Street. Sans grande surprise, les résultats des élections du 9 février confirment les sondages.

Les candidats non-conformistes ne pouvaient que plaire à l'Etat du New Hampshire, car celui-ci est doté d'institutions autonomes, souvent en désaccord avec les directives de Washington. Tout à fait dans la ligne d'un Donald Trump pour qui  Washington rime avec politiciens "stupides" et "incompétents". La plupart des électeurs du New Hampshire participent en masse au moment des primaires. Ils n’ont pas d’appartenance politique en particulier et beaucoup se décident au dernier moment, souvent pour les candidats fraîchement débarqués en politique.