|

Moldavie – Rendez le milliard !

Pays : Moldavie

Tags : Corruption, Stéphane Bridé, Manifestation

Environ 10 000 personnes ont manifesté contre la corruption dans les rues de la capitale, Chisinau. En avril, les autorités du pays avaient annoncé la disparition d’un milliard de dollars dans les coffres de trois banques locales.

Les Moldaves demandent justice. Le 3 mai 2015, à l’initiative du mouvement d’opposition « DA » (« oui »), 10 000 personnes ont manifesté contre la corruption dans les rues de la capitale, Chisinau. Un rassemblement sur lequel planait l’ombre du milliard de dollars (890 millions d’euros) volatilisé dans les coffres de trois banques locales, comme l’avait annoncé en avril la Banque centrale de Moldavie. Une somme qui représente 15 % du produit intérieur brut de ce petit pays, considéré comme le plus pauvre d’Europe.

Autant dire que cette étrange disparition a attisé la colère des manifestants. Entre deux slogans anticorruption, ces derniers ont appelé à la démission des juges de la Cour suprême de Moldavie mais aussi de plusieurs hommes politiques, qu’ils jugent impliqués dans le scandale. Devant le tollé provoqué par l’affaire, le parquet général avait décidé en avril d’ouvrir une enquête. Jusqu’ici, deux personnes, dont l’identité est gardée secrète, ont été placées en détention provisoire, et les biens de plusieurs autres ont été mis sous séquestre.

Un Français Vice-premier ministre

« Je ne peux pas expliquer comment on peut voler une somme aussi importante dans un pays aussi petit », s’était alors offusqué Pirkka Tapiola, le représentant de l’Union européenne en Moldavie. Selon un rapport d'une commission parlementaire discuté à huis-clos, qui a filtré dans la presse, une partie de l'argent aurait été transférée en novembre 2014, juste avant les élections législatives locales, dans quatre banques russes.

Cependant, d’un protagoniste à l’autre, les versions divergent. Selon Igor Dodon, le leader de l’opposition socialiste, ces fonds auraient fini dans les comptes de plusieurs compagnies offshore, « où l’on a perdu leur trace ». De son côté, le vice-Premier ministre, le Français Stéphane Bridé, parle prudemment de « transactions suspectes » massives.

Intervenue en pleine tourmente, la nomination de cet ancien conseiller du cabinet d’audit Ernst & Young avait surpris en France. « Après sa victoire aux élections, le Parti démocrate de Moldavie était à la recherche d'un expert d'origine européenne connaissant le contexte », avait-il expliqué à l'AFP. Marié à une Moldave et possédant la nationalité locale depuis 2013, le financier était alors apparu comme l’homme de la situation. Avec sur son bureau, en plus de la tâche « hors norme », selon lui, de remettre sur les rails l’économie moldave, ce dossier brûlant du milliard volatilisé.

 

Franck Berteau

 

Dernière màj le 8 décembre 2016