|

Migration : le casse-tête africain de l'UE

Pays : Union européenne

Tags : Migration, accueil des migrants, Afrique, Union africaine, union européenne

C’est une rencontre cruciale pour les relations entre l’Union européenne et l’Afrique. Ce mercredi 29 novembre s’est ouvert à Abidjan, en Côte d’Ivoire, le 5ème sommet de l’Union africaine avec l’UE. L’événement intervient dans un contexte migratoire tendu, alors que les traitements inhumains infligés aux migrants en Libye soulèvent l’indignation. Plus largement, c’est bien la question migratoire qui sera au cœur des discussions. L’occasion pour ARTE Info d’interroger la politique de l’Union européenne à l’égard des pays africains, en se penchant sur trois exemples particuliers : focus sur le Niger, la Libye et le Mali.

 

Aide au développement, renforcement des frontières, contrôles accrus de la migration... Ces dernières années, l'Union européenne a signé des accords avec de nombreux États africains. Mais cette politique fait l’objet de vives critiques : on reproche à l'UE "d'externaliser ses frontières" en déléguant la gestion migratoire aux pays africains. En mai dernier, lors d’une session de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, la FIDH dénonçait ainsi cette tendance :

  1. "Le choix des États [africains] de céder à ce chantage européen et d’accepter de surveiller la circulation des citoyennes et citoyens africain-e-s en jouant le rôle de "gendarmes de l’Europe" a des conséquences dramatiques en matière de violations des droits humains".

Mélange des genres

Nicanor Haon travaille au bureau du droit des migrants de la FIDH. Contacté par ARTE Info, il estime que ces accords entre l’UE et l’Afrique sont intrinsèquement biaisés, car "on mélange la question de la migration, celle du terrorisme et de la sécurité, et celle du développement des pays africains".

Or pour cet expert des questions migratoires, "lier la migration au terrorisme revient à traiter les migrants comme des ennemis, et lier le développement à la migration conduit à financer des barbelés, des centres de rétention plutôt que des structures qui bénéficient vraiment à la population." La sécurité au détriment du développement, en quelque sorte. 

Des missions de prévention et d'assistance

Les missions de l'Union européenne en Afrique sont pour la plupart conduites par l'Organisation internationale pour les Migrations (OIM), affiliée aux Nations Unies depuis 2016. Pour Eugenio Ambrosi, directeur régional de l'organisation chargé de l'Europe, l'organisation "ne cherche en aucun cas à empêcher les personnes de se déplacer, mais tente simplement de leur donner une idée précise des conséquences de leur exil, des conditions qu'ils pourraient trouver en Libye par exemple, ou de ce qui pourrait leur arriver s'ils arrivent en Europe".

Le directeur régional de l'OIM insiste également sur l'assistance portée aux "personnes vulnérables" (femmes enceintes, enfants non-accompagnés, personnes âgées) sur les routes migratoires. Enfin, si l'organisation agit pour le compte de l'Union européenne, Eugenio Ambrosi affirme qu'elle garde toutefois une distance critique : 

 "Nous n'avons pas le pouvoir d'influencer les décisions de l'UE, mais l'OIM s'est toujours opposée à la mise en place d'une politique restrictive. Nous n'avons cessé de répéter à l'UE que ce type de politique, premièrement, ne stoppe pas la migration, mais qu'en plus elle favorise le business des passeurs. Plus l'on restreint l'immigration légale, plus les gens utilisent des canaux illégaux pour contourner l'interdiction". 

Les discussions autour de ces enjeux migratoires majeurs sont particulièrement attendues au sommet d'Abidjan. 

 

Le Niger compte plus de rapatriés que d'émigrés

En 2017, le Niger a compté plus de personnes de retour au pays (87 000) que de départs de migrants vers le Nord (52 000). La plupart d’entre eux ont été rapatriés de Libye et d’Algérie (source : OIM). Monica Chiriac, chargée de communication pour l'OIM au Niger, a expliqué à ARTE Info pourquoi les centres de transit sont aujourd’hui saturés (interview en anglais) :

 

Quelle est la stratégie à long de l'OIM au Niger ? La réponse de Monica Chiriac :

 

Dernière màj le 11 décembre 2017