Médecin : un métier de rêve ?

Pays : France, Allemagne, Pologne, Suisse

Tags : Médecin, urgences, pénurie, émigration, crise, Chômage, hôpital

L’Europe manque de médecins. Pour une rémunération qui n’a parfois rien de mirobolant, ils font des semaines de 70 heures, accumulent les gardes de nuit. Vous avez dit « métier de rêve » ?

Invalid Scald ID.

 

Samedi 19 juillet

14:25

Yourope

Médecin : un métier de rêve ?

La pénurie de médecins est une réelle menace sur tout le système de santé. En Europe, et plus particulièrement en Angleterre, en France, en Allemagne, en Suisse et en Norvège...on manque de médecins.

Les généralistes notamment font défaut dans les campagnes, dans les petites villes. Rares sont les professions où la demande se fait aussi pressante.

foto_22.jpg
Une situation alarmante

La situation prend aujourd’hui des proportions dramatiques : en Pologne, un praticien sur cinq a plus de 70 ans. Là-bas, on manque de chirurgiens, de radiologues, d’urgentistes.

Les ambulances ont du mal à trouver les équipes médicales requises, le manque d’infirmières est patent. A tel pointque l'on envisage aujourd’hui d’augmenter les honoraires des médecins.

 

arzt_polen_01.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

arzt_polen_02.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En Pologne, pourtant, la carrière médicale est encore la voie royale : les revenus des médecins restent élevés par rapport à la moyenne nationale, et chaque praticien est assuré de trouver du travail – en Pologne ou à l’étranger. Les étudiants polonais n'envisagent plus de quitter leur pays et côtoient sur les bancs de la fac des étudiants étrangers venus se former sur leur territoire.

Pénurie aussi en Moldavie.
hopital.jpg

 

Ce petit pays d’Europe centrale peut, certes, se targuer de la qualité des études prodiguées, mais la perspective de gagner moins de 250 euros par mois n’incite guère les médecins à rester dans le système de santé. Nombreux sont ceux qui préfèrent se tourner vers des métiers mieux payés : vendeur sur un bazar ou chauffeur de taxi.

moldawien_02.jpg

Ludmilla est médecin. Pour vivre dignement, elle cumule plusieurs emplois.  En plus de son métier, elle enseigne à l’université de médecine de Chisinau la physiologie et la génétique à des étudiants étrangers.

moldawien_01.jpg
Le cas de la Hongrie

Idem en Hongrie, où la situation est particulièrement criante. Ici, on prend le taureau par les cornes, au prix de méthodes parfois insolites : pour retenir les médecins, le premier ministre ultraconservateur Viktor Orban a pris l’initiative d’amender la constitution ! Dorénavant, les docteurs hongrois sont redevables à leur pays de plusieurs années d’exercice de la médecine avant de lorgner vers l’Europe de l’Ouest.

L'Ouest, c’est la destination que choisissent la plupart des médecins d’Europe de l’Est, notamment la Norvège, la Suisse et l’Allemagne.

Mais s’il y a une telle immigration médicale dans ces pays d'Europe de l'Ouest, pourquoi souffrent-ils encore d’une pénurie de main d’œuvre médicale ?

Prenons l’exemple de l’Allemagne
sendungsfoto_andreas.jpg

 

Andreas Korn et le Docteur Adli.

Les statistiques l’attestent : le pays dispose d’un nombre très important de médecins. Du moins sur un plan purement arithmétique, avec actuellement un médecin pour 230 habitants. Il y a encore 30 ans, un médecin devait soigner presque le double de patients. Mais, dans le même temps, les besoins en actes médicaux se sont considérablement accrus. L’une des raisons en est que la population, vieillissante, a une santé plus précaire. Autre raison : ces dernières années, beaucoup de spécialistes allemands ont quitté leur pays pour la Suisse et les Etats-Unis. Après sa thèse, un médecin allemand sur quatre n’exerce pas outre-Rhin.

hopital.jpg

Les médecins restés au pays ont eux aussi beaucoup changé. Nouvelle tendance : les jeunes qui s’installent veulent travailler moins et à temps partiel, pour laisser une place suffisante à leur vie de famille. Voilà pourquoi le nombre des heures de consultations a augmenté bien moins vite que le nombre de docteurs. Par ailleurs, les jeunes diplômés sont aujourd’hui beaucoup plus attirés par les métropoles et par les grands hôpitaux de renom.

 

 

La profession de médecin de campagne est devenue un métier en voie de disparition. Que ce soit dans l’Est de l’Allemagne ou ... dans les campagnes du Nord de la France.
campagne.jpg

Le bucolique fait peur, même la perspective de revenus confortables n’attire plus les jeunes médecins en Normandie

france_normandie.jpg

Pourtant, l'Agence régionale de santé soutient l’installation de médecins à la campagne : ici, le cabinet du Docteur Faurre, médecin en Normandie. Avec ses confrères, il milite pour l'implantation de médecins spécialistes à la campagne.

consulation.jpg

 

Autre problème : les étudiants en médecine sont soumis à une sélection implacable. Alors que les besoins augmentent, le nombre de diplômés n’a pratiquement pas évolué ces dernières années. Cela signifie que, pour faire sa médecine, on doit, dans de nombreux pays, avoir les meilleures notes au bac. Tous les autres restent au bord du chemin. De nombreux étudiants européens font médecine à l’étranger. Ils sont maintenant des milliers à s’inscrire dans des universités privées en Europe de l’Est, qui demandent des frais d’inscription très élevés. Le marché, très lucratif, est en plein essor.

Invalid Scald ID.

 

Pour finir, le mot d'Andreas

Invalid Scald ID.

 

Dernière màj le 8 décembre 2016