Manoel de Oliveira : 106 ans de cinéma

Pays : Portugal

Tags : Manoel de Oliveira

Manoel de Oliveira, le doyen mondial du cinéma, est mort à l’âge de 106 ans. Il a traversé le siècle et toute l'histoire du cinéma. Premier film en… 1931, un documentaire muet sur sa ville natale, Porto. Mais il faudra attendre la fin de la dictature de Salazar pour qu'il commence à tourner des longs-métrages. Le grand public le découvre dans les années 90 et, par la suite, il a réalisé plus de 50 films. Portrait d'un touche à tout signé Véronique Barondeau :

Manoel de Oliveira : 106 ans de cinéma

 

L'unique certitude que nous ayons c'est la mort : la mort, c'est une porte, c'est tout.

Manuel de Oliveira - 2008

Témoignant d'une inépuisable "faim de vivre et de tourner", il réalise à partir de 1985 pratiquement un film par an et travaille avec des acteurs renommés comme les Français Catherine Deneuve et Michel Piccoli, l'Italien Marcello Mastroianni, l'Américain John Malkovich ou les Portugais Luis Miguel Cintra et Leonor Silveira. C'est cette même année que sort en salles le "Soulier de Satin", une fresque de près de sept heures, récompensé par un Lion d'Or à la Mostra de Venise. Se succèdent entre autres "Non ou la vaine gloire de commander" (1990), "La Divine Comédie" (1991), "La Cassette" (1994), "Belle toujours" (2006), "Christophe Colomb, l'énigme" (2007), "L'Etrange Affaire Angélica" (2010) ou encore "Gebo et l'ombre" (2012).

 

Recevoir des prix, c'est sympathique.

Manoel de Oliveira - 2008

En 2008, le cinéaste a reçu sa première Palme d'Or à Cannes pour l'ensemble de son oeuvre. Mais pour lui, "le plus beau cadeau qu'on puisse me faire, c'est me laisser continuer à faire le reste de mes films". Ce qu'il a fait jusqu'au bout : pour fêter son 106e anniversaire, le cinéaste avait tenu à rencontrer encore une fois son public lors de la sortie de son dernier film, "Le Vieux du Restelo". Quelques jours plus tôt, en décembre 2014, il avait reçu les insignes de grand officier de la Légion d'honneur de l'ambassadeur de France au Portugal, Jean-François Blarel : 

 

 

Il était un témoin incomparable de la culture portugaise qui a contribué à projeter le Portugal à l'étranger.

Anibal Cavaco Silva, président du Portugal - 02/04/2015

Sa mort a suscité beaucoup d'émotion dans le milieu du septième et dans le milieu politique : Porto a immédiatement décrété trois jours de deuil et au Parlement portugais, les députés ont rendu hommage au réalisateur, "fierté du pays". Pour le Premier ministre Pedro Passos Coelho, "la culture portugaise a perdu aujourd'hui l'une de ses plus grandes personnalités".

 

 

 

Fiction ou Documentaire ? Une œuvre de 1940 tournée par Manuel de Oliveira sur la municipalité de Famalicao :

 

 

Incroyable Manoel de Oliveira ! Dans cet extrait de la série documentaire d’Agnès Varda "Agnès de ci de là Varda" diffusée en 2011 sur arte, le cinéaste portugais nous livre une danse improvisée.

Extrait du film de Varda

 

ARTE rend hommage au cinéaste portugais Manoel de Oliveira le jeudi 9 avril en diffusant son dernier court métrage et un de ses films :

 

>> 23h45 / 00h20 :  "Le veillard du restelo"

>> 00h05 / 00h40 :  "Singularités d'une jeune fille blonde"