Le Portugal vote la cohabitation

22 janvier 2016

Le professeur d'université Marcelo Rebelo de Sousa, électron libre de la droite portugaise, a remporté dimanche 24 janvier dès le premier tour l'élection présidentielle au Portugal. Le chef de l'Etat portugais n'a certes pas de pouvoir exécutif, mais il peut dissoudre le Parlement en cas de crise politique et peser sur le gouvernement minoritaire socialiste, suspendu à une alliance fragile avec la gauche radicale. Arrivée en tête des élections législatives du 4 octobre, mais sans majorité absolue, la droite avait été évincée du pouvoir un mois plus tard par un front anti-austérité formé par le Parti socialiste, le Bloc de gauche et le Parti communiste.

Le pouvoir de dissolution, enjeu du scrutin présidentiel

Grand favori de l'élection du 24 janvier, le conservateur Marcelo Rebelo de Sousa pourrait peser sur le gouvernement socialiste, suspendu à une alliance fragile avec la gauche radicale.

Portugal

Au Portugal, le défi du chômage

ARTE Journal - Des élections législatives se tiennent ce 4 octobre : à droite, on table sur la baisse du chômage, tandis qu'à gauche on dénonce des chiffres mensongers...

Europe

Vox Pop antoniocost.jpg

Portugal - L'ascension politique du « Gandhi » de Lisbonne

D'origine indienne, le maire de Lisbonne, Antonio Costa, nouvelle coqueluche des classes populaires, pourrait bien s'imposer comme futur Premier ministre portugais. 

Législatives : victoire de la droite, mais majorité à gauche

Le 4 octobre, les électeurs portugais ont reconduit au Parlement la coalition de droite qui les a sortis de la crise à coups de mesures d’austérité.

Devant l’austérité, deux poids et deux mesures

ARTE Journal - Pour le Portugal, fortement touché par l'austérité et le passage de la Troïka comme en Grèce, la corruption et le blanchiment d'argent ont contribué à éloigner les Portugais de la politique. 

Au Portugal, la gauche radicale est au ralenti

Au Portugal, la gauche radicale est au ralenti

ARTE Journal - A l’inverse de ses homologues européens Podemos et Syriza, la gauche radicale portugaise peine à s'affirmer. En cause, notamment, la vitalité du parti communiste local. 

Economie

jardin2.jpg

Portugal : survivre grâce au potager

ARTE Journal - Au Portugal, depuis la crise, les potagers illégaux prolifèrent un peu partout, sur les friches industrielles, les terrains vagues et même en bordures d'autoroutes. 

Portugal - La ruée des investisseurs brésiliens

Durement frappé par la crise, le Portugal mise depuis trois ans sur les investissements étrangers. Pour attirer les capitaux, le gouvernement portugais a mis en place les très controversés « golden visas », dont raffolent les Brésiliens.