L’Ukraine déchirée

Pays : Ukraine

Tags : Secteur droit, Maïdan, Séparatistes

Dans l’ouest de l’Ukraine, des groupes ultra-nationalistes et violents comme le Secteur droit (Pravyï sektor), ont altéré l’image de la révolution démocratique du Maïdan. A l’est du pays, les séparatistes pro-russes tentent eux d’imposer leurs objectifs par les armes. Et à l’intérieur du pays, des groupes organisés barrent les routes afin d’éviter, selon eux, une aggravation de la situation.

Le Secteur droit, un danger pour la démocratie ?

L’experte des mouvements extrémistes, Alina Polyakova observe depuis longtemps l'évolution du Secteur droit. Il recrute principalement dans les rangs de la jeunesse des régions de l’Ouest ukrainien qui rêve de puissance et d'indépendance. Cette population est une proie facile pour l’ultra-nationaliste Dmitri Jarosch, le dirigeant du Secteur droit. Aux derniers jours de la révolution du Maïdan, c'est son groupe qui avait provoqué l'escalade de la violence et ainsi poussé Viktor Ianoukovitch vers la sortie. Avec ce coup de force le Secteur droit a gagné en notoriété même si Alina Polyakova estime qu'il ne faut pas surestimer ce parti. Pour l'heure ses militants n’ont pas encore déposé les armes et Dmitri Jarosch, lui, s’est positionné dans le jeu politique en tant que candidat à la présidentielle.

 

Le Secteur droit à Lviv :
"Bist du bereit, für dein Land zu sterben?"
Interview de l’experte Alina Polyakova :
"Es gab Extremisten und es wird sie weiterhin geben."
Révolution à l’Est, terrorisme ou défense citoyenne ? 

A l'Est de l'Ukraine les sécessionistes pro-russes ont proclamé deux républiques indépendantes et les ont unies à la veille des élections présidentielles. Cette provocation qui ne sera pas la dernière avait pour but d’empêcher les élections présidentielles du 25 mai dernier. Dima est membre d’une de ces milices pro-russe. Parfois il franchit les barricades de Donetsk. Avec ses camarades de combat, ils se méfient beaucoup de la presse occidentale. Ils refusent les appellations de séparatistes ou terroristes, ils préfèrent se faire appeler "défense citoyenne" ou "habitants du Donbass". Ils veulent être perçus comme un mouvement de résistance démocratique, auquel chaque habitant de Donetsk peut adhérer.

 

Franchir les barricades de Donetsk :
"Kann man denen vertrauen?"
"Nous ne pouvons plus considérer que la situation est pacifique" :
"Es ist nun mal so, dass ich in der Ukraine lebe."
Une frontière qui ne devrait pas exister 

Le gouvernement de Kiev a été contraint de concéder la perte de larges portions de territoire à l’Est du pays. C’est alors que des personnes comme Jewgeni sont entrés en jeu. Lui et d’autres volontaires ont érigé un barrage sur la route à la sortie de Dneipropetrovsk, qui relie Kiev à l’Est de l’Ukraine. Ils ont ainsi créé une frontière de facto. Les membres de ces groupe d'auto-défense vivent à l'Est du pays mais ils étaient de coeur avec le mouvement du Maïdan. Ils veulent veulent faire barrage aux sécessionistes armés. Sans être anti-russe, ils veulent simplement rester ukrainien et vivre dans un pays uni.

Dernière màj le 8 décembre 2016