|

Etat de droit : avant la Pologne, la Hongrie et l'Autriche ont aussi été montrées du doigt

Pays : Pologne

Tags : union européenne, sanctions, état de droit

L'Union européenne va lancer une enquête préliminaire portant sur les récents changements apportés en Pologne par le nouveau parti conservateur au pouvoir, a annoncé mercredi 13 janvier le vice-président de la Commission européenne Frans Timmermans. Il s'agit de la première étape, sur trois, de la procédure de sauvegarde de l'Etat de droit créée en mars 2014 par l'exécutif européen, encore jamais utilisée jusqu'à présent.

A deux reprises pourtant, des pays européens se sont exposés à la menace de l’UE : l’Autriche, en 1999, lorsque les conservateurs de Wolfgang Schüssel ont formé un gouvernement de coalition avec le parti d'extrême-droite FPÖ ; et la Hongrie, après les réformes controversées instaurées par le premier ministre Viktor Orban. Pourtant, le non-respect des valeurs de l’Union européenne n’est pas toujours synonyme de sanction : un exemple en Espagne, où les atteintes à la liberté des médias commises par le gouvernement Rajoy n’ont suscité aucune réaction de l’UE.

Comment l'UE réagit-elle en cas de non-respect de ses valeurs fondamentales ? Menaces, sanctions réelles ou absence de décisions : cliquez sur les différents pays pour en savoir plus.

Dernière màj le 8 décembre 2016