|

Casques bleus : quelles conséquences des coupes budgétaires ?

Pays : Monde

Tags : ONU

Les Etats-Unis exigent une coupe budgétaire de 600 millions de dollars dans le budget des Casques bleus de l’ONU. Si cet accord est validé, plusieurs missions de paix des Nations Unies dont celles au Darfour (Minuad) et en République démocratique du Congo (Monusco) seront considérablement réduites.

"En cinq mois seulement que nous sommes là, nous avons déjà pu réduire d’un demi-milliard de dollars le budget du maintien de la paix", s’est félicitée l’ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU, Nikki Haley. "Et ce n’est qu’un début".

Au terme de longues négociations, Washington pourrait obtenir une réduction de 600 millions de dollars du budget des Casques bleus, soit 7,2% du total des fonds alloués actuellement aux missions de paix. A l’origine, les Etats-Unis proposaient une coupe budgétaire encore plus élevée, à hauteur d’un milliard de dollars.

Si l’ONU valide l’accord, les missions les plus touchées seront celles de la région du Darfour au Soudan, et de la République démocratique du Congo (RDC), qui sont les plus coûteuses. Au Darfour, théâtre d’un conflit sanglant depuis 2003, les forces de l’ONU seront réduites à 11 000 hommes d’ici juin 2018, soit une baisse de 44% pour les Casques bleus et 30% pour les policiers.

Pour l’ONG, Human Rights Watch, ces coupes sont "mal avisées" car les civils dans cette région de l'ouest du Soudan ont encore besoin d'être protégés. Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, regardera dans six mois si "les conditions sur le terrain sont toujours propices à d’autres réductions". Il était lui-même bien loin de vouloir des coupes budgétaires : M. Guterres souhaitait au contraire augmenter les fonds destinés aux opérations de maintien de la paix.

 

Position de force des Etats-Unis

Les Etats-Unis sont le premier contributeur au budget des Casques bleus, mais aussi du fonctionnement de l’ONU. Ils financent 28,5% du budget des opérations de maintien de la paix (soit 7,87 milliards de dollars) et 22% du budget de fonctionnement de l'ONU (5,4 milliards).

Les Etats-Unis sont donc en position de force dans la négociation des budgets, et Donald Trump a promis des coupes drastiques dans les dotations américaines.

Outre les missions au Darfour et en République démocratique du Congo, ce sont la totalité des opérations de paix qui pourraient pâtir des restrictions de budget. Il aura des réductions "systématiques" de toutes les missions, a avertit un diplomate sous couvert d’anonymat. "La pression des Etats-Unis conduit le budget des opérations de la paix à suivre une trajectoire décroissante", a-t-il déclaré.

 

L’Organisation des Nations Unies compte 193 membres. Sa mission première ? Assurer la paix et la sécurité dans le monde. Pour parvenir à cette fin, 120 000 "soldats de la paix" sont actuellement déployés dans des zones de conflit aux quatre coins du monde. Les missions sont décidées par le Conseil de sécurité -organe exécutif de l’ONU-, qui définit aussi quels pouvoirs les soldats auront sur le terrain. Mais bien souvent, les processus décisionnels sont lourds, principalement à cause du nombre de ses membres. 

 
70 ans d’interventions

120 000 casques bleus sont actuellement déployés dans le monde entier. Dans quels pays doivent-ils garantir la paix et quel est le coût des missions ? Notre infographie.

 

Paul Biller

 
Les femmes dans les opérations de maintien de la paix

Pour des questions humanitaires, le recrutement de femmes casques bleus est devenu un impératif dans les opérations de maintien de la paix. De fait, elles sont de plus en plus nombreuses à s’engager à travers le monde, dans les secteurs policiers, militaires ou civils.

Parvenir à la parité en son sein est une priorité pour l'ONU, et en 2012, au siège new yorkais, les femmes représentent 48 % du personnel. Sur le terrain, la réalité est autre : elles ne représentent que 29 % du personnel international et 17 % du personnel national. En 2000, les Nations Unies prennent un engagement fort en votant la résolution 1325, qui appelle les États Membres "à faire en sorte que les femmes participent pleinement, sur un pied d’égalité avec les hommes, à tous les efforts visant à maintenir la paix et à favoriser la paix et la sécurité (…)".

Hervé Ladsous, Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, rappelle en 2012 que "les femmes peuvent et doivent jouer un rôle de premier plan dans la participation politique, la résolution des conflits et la transition du conflit à la paix", soulignant les bénéfices de leur présence, en particulier lorsque la violence sexuelle constitue un crime de guerre.

En 2012, sur près de 125 000 Casques bleus, les femmes constituent que 3 % des forces militaires et 10 % des membres de la police, contre seulement 1 % des effectifs en uniforme déployés en 1993. Malgré la détermination affichée à l’ONU, le nombre de femmes casques bleus dépend en réalité de la volonté de chaque état membre.

La Division de la police des Nations Unies a donc appelé en 2014 à un "effort mondial" pour recruter plus de femmes policiers dans les services de police nationale et dans les effectifs de police de l'ONU à travers le monde, arguant que le personnel féminin des missions de paix "joue un rôle de modèle dans l’environnement local et encourage les femmes et les jeunes filles – dans des sociétés fréquemment dominées par les hommes – à faire valoir leurs droits et à participer aux processus de paix".

 

Qui sont les casques bleus ?

Les troupes de l'ONU sont composées des unités envoyées par les Etats membres. ARTE Info vous présente quelques soldats de nationalités différentes :

Dernière màj le 30 juin 2017