|

Lituanie - Pas d'inquiétude, le manuel de survie est là !

Pays : Lituanie

Tags : sécurité civile, défense militaire

Le ministère lituanien de la Défense vient de publier un manuel de survie en cas d’invasion russe et de guerre sur son territoire. Il sera par la suite distribué dans les bibliothèques ainsi qu’à l’occasion d’évènements militaires.

 

« Comment agir dans des situations ou des cas extrêmes en période de guerre », c’est le titre prometteur du premier manuel de survie lituanien. L’ouvrage de 98 pages, bientôt disponible dans les bibliothèques, reflète la nervosité ambiante dans le pays. Entre l’annexion de la Crimée par la Russie et les opérations russes dans l’est de l’Ukraine, la Lituanie craint elle aussi une invasion. D'autant que l'État balte a toujours en mémoire le demi-siècle d'occupation soviétique, qui a duré de 1940 jusqu’à la chute de l'URSS, en 1990.

"Les exemples de la Géorgie et de l'Ukraine, qui ont toutes deux perdu une partie de leur territoire, nous montrent que nous ne pouvons pas exclure de vivre la même situation ici, et que nous devons être prêts", a déclaré le 15 janvier à Reuters Juozas Olekas, ministre lituanien de la Défense. Le livret, rédigé par des experts militaires, se trouve déjà en ligne, sur le site Internet du ministère de la Défense, avant d’être distribué dans les bibliothèques et aux militaires. Il donne également des conseils pour faire face aux catastrophes naturelles ou aux attaques terroristes.

 

« Garder son sang froid, ne pas paniquer »

Gardez vos esprits, ne paniquez pas et ne perdez pas votre sang froid.”

Phrase extraite du manuel de survie

Ce véritable guide de résistance civile propose plusieurs conseils. Parmi eux, « Gardez vos esprits, ne paniquez pas et ne perdez pas votre sang froid » ou encore « Des coups de feu tirés juste sous vos fenêtres ne sont pas la fin du monde ». Les recommandations du livre exhortent aussi les Lituaniens à participer à des manifestations et des grèves, en cas d'invasion. Les travailleurs sont même encouragés à pratiquer le sabotage pour rendre la vie difficile aux Russes. « Faites votre travail moins bien que d’habitude », encourage le manuel. Dernier conseil aux citoyens, utiliser les réseaux sociaux tel que Facebook et Twitter pour organiser la résistance, et favoriser les cyber-attaques contre l’ennemi.

La présidente lituanienne, Dalia Grybauskaite, connue pour ses critiques acerbes envers la Russie, a limité depuis quelques mois la diffusion des chaînes d’État russes dans le pays. La raison ? La désinformation et l’incitation à la haine selon Vilnius, en plein conflit ukrainien. Autre projet censé protéger la population : équiper chaque bâtiment du pays d’un abri anti-bombe, d’ici la fin de l’année.

 

Céline Peschard

 

 

 

Dernière màj le 8 décembre 2016