|

L’image qui a bouleversé le monde

Pays : Turquie

Tags : Réfugiés

L'image du petit Aylan gisant sur une plage de Turquie a bouleversé les consciences et provoqué, enfin, un sursaut européen.

L’image a été reprise dans tous les médias. Elle montre un petit garçon, t-shirt rouge et short bleu, mort, allongé la tête contre le sable d’une plage de Turquie. Sur le cliché suivant, on le voit dans les bras d’un officier turc, le transportant vers la terre ferme. Aylan avait trois ans, lui et sa famille fuyaient la Syrie.

Dans la nuit de mardi, plusieurs bateaux ont chaviré en voulant rejoindre la Grèce. Alertés par les cris des naufragés, les sauveteurs turcs sont arrivés rapidement sur le site. Malgré tout, douze des réfugiés sont retrouvés morts, leurs corps échoués sur la plage. Parmi eux, celui d’Aylan.

 

The Independant

 

"L’enfant de quelqu’un ?" titre le journal anglais The Independant 

Du Guardian de Londres, à la Republica de Rome en passant par El Pais espagnol, et même le Canada, ces photos font le tour du monde et le hashtag #KiyiyaVuranlnsanlik ("l’humanité noyée" en turc) devient l’un des plus tweetés. Directeur des situations d’urgences de l’ONG Human Rights Watch, Peter Bouckaert est l’un des premiers à écrire sur Twitter : "Arrêtez-vous un moment et imaginez qu’il s’agit de votre enfant, noyé alors qu’il fuyait la Syrie pour trouver la sécurité en Europe".

 

 

En France, les réactions ont été moins nombreuses. Ce qui n’empêchait pas Bernard-Henri Lévy, invité sur le plateau de BFMTV, d’annoncer que "cette photo fera bouger ceux qui nous gouvernent." À l’image de la photo de Nich Ut durant la guerre du Viêtnam, ces clichés sont en train de devenir le symbole qu’il manquait aux réfugiés. 

Ainsi, même le conservateur Daily Mail publie ces photos en ajoutant même des clichés où l’on peut voir Aylan et son frère plus jeune, rigolant tous les deux :

 

Daily Mail

Alors qu'en France les #Jesuisaylan et #Jesuismigrant prennent de l'ampleur, la photographie montrant le petit Aylan allongé sur la plage a inspiré plusieurs artistes du monde entier. Qu'ils soient dessinateurs, journalistes ou académiciens, ils partagent leur ressenti sur Tweeter.

L'illustrateur qatari Khalid Albaih imagine les pensées de l'ange emportant l'enfant "J'espère que l'humanité trouvera une solution au problème des visas."

 

Sur Tweeter, la journaliste libanaise Joyce Karam a partagé un dessin où l'on peut voir Aylan entouré de ballons noirs. 

 

L'économiste américain Ali Dadpay a partagé le dessin de Mahnaz Yazdani accompagné du commentaire "Un artiste iranien pour les enfants de Syrie".

 

 

Quant au médecin turc Sengül Hablemitogluaus. Elle publie un dessin où l'on peut voir l'enfant allongé la nuit dans un petit lit et ajoute : "C'est la façon dont il aurait dû être allongé ce soir. En sûreté. Au chaud. Vivant . L'Europe ne le laissa pas tomber".

 

 

 

 

Abdullah Kurdi fond en larme en arrivant à la morgue.

Père d'Aylan, Abdullah Kurdi, a fondu en larme en arrivant à la morgue. Reuters.

 

mes enfants m'ont glissé des mains 

Source Dogan - 03/09/2015

 

 

Seul rescapé de sa famille, Abdullah n'a pas pu retenir ses larmes devant les photographes en arrivant à la morgue pour reconnaître les corps de sa femme Rehan, 27 ans, et de ses deux fils, Ghalib, 5 ans et Aylan, 3 ans. Devant les caméras, il témoigne et raconte le naufrage du bateau parti seulement quatre minutes plus tôt :  « Nous avions des gilets de sauvetage mais le bateau a subitement chaviré parce que des gens se sont levés. Je tenais la main de ma femme. Mais mes enfants m'ont glissé des mains. »

 

Abdullah Kurdi entouré de ses fils

Abdullah entouré de ses fils : Aylan (à gauche) et Ghalib (à droite)

 

Dernière màj le 8 décembre 2016