|

L'Ican reçoit le prix Nobel de la paix

Pays : Norvège

Tags : prix Nobel de la paix, 2017

Chaque année, il récompense ceux qui ont oeuvré pour la paix, les droits de l'homme, l'aide humanitaire ou la liberté. Après l'avoir remis l'an dernier au président colombien Juan Manuel Santos pour "ses efforts en faveur du processus de paix avec les Farc", le Comité Nobel norvégien a décidé cette année d'attribuer le prix Nobel de la paix à l''Ican, la Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires. 

"Nous vivons dans un monde où le risque que les armes nucléaires soient utilisées est plus élevé qu'il ne l'a été depuis longtemps" a déclaré en préambule la présidente du comité Nobel norvégien, Berit Reiss-Andersen. Certains pays modernisent leurs arsenaux nucléaires, et le danger que plus de pays se procurent des armes nucléaires est réel, comme le montre la Corée du Nord". Le comité appelle ainsi les puissances nucléaires à entamer des "négociations sérieuses" en vue d'éliminer leur arsenal.

 

Une victoire symbolique

Le travail ne sera pas terminé tant qu'il y aura des armes nucléaires"

Beatrice Fihn, directrice de l'Ican

La coalition d'ONG Ican réunit des centaines d'organisations humanitaires, environnementales et pacifistes dans le monde. Elle mène depuis dix ans un combat acharné pour demander l'élimination des armes nucléaires. Sa lutte lui a permis de remporter une importante victoire en juillet à l'ONU, lorsqu'une cinquantaine de pays a lancé la signature d'un traité bannissant l'arme atomique. Ce traité est pour l'instant symbolique : il n'entrera en vigueur qu'une fois qu'il aura été ratifié par cinquante pays. Ce premier pas est terni par le boycott du texte par les neuf puissances nucléaires (Etats-Unis, Russie, Royaume-Uni, France, Chine, Inde, Pakistan, Israël et Corée du Nord), qui possèdent au total environ quinze mille armes nucléaires. "Nous n'en avons pas encore fini. Le travail ne sera pas terminé tant qu'il y aura des armes nucléaires", a déclaré à l'AFP Beatrice Fihn, la directrice de l'Ican. Le geste du comité de Nobel est un signal fort envoyé à la communauté internationale suite à la récente exacerbation des tensions entre les Etats-Unis et la Corée du Nord autour du programme nucléaire nord-coréen. En réaction, l'ONU a estimé vendredi que l'attribution du Nobel de la paix est un "bon signe" en vue d'une possible ratification du traité.

        
Objectif : éliminer les armes nucléaires      

Constituée officiellement en 2007 à Vienne, en marge d'une conférence internationale du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), l'Ican a su rallier à sa cause les activistes du monde entier, mais aussi des célébrités, comme l'archevêque sud-africain et prix Nobel de la paix Desmond Tutu, le musicien de jazz Herbie Hancock ou encore le Dalaï lama. En dix ans, l'Ican est ainsi parvenue à faire travailler ensemble ces différents activistes avec un objectif commun : interdire et éliminer les armes nucléaires, comme ont déjà été interdites par exemple les armes biologiques ou les mines anti-personnel. Selon la campagne, les programmes consacrés aux armes nucléaires détournent des fonds publics de la sécurité sociale, de l'éducation, de l'aide aux sinistrés et d'autres services essentiels. Les neuf pays possédant l'arme nucléaire dépensent plus de 105 milliards de dollars chaque année pour assurer la maintenance et la modernisation de leurs arsenaux nucléaires.

Les autres Nobel de la semaine

Le prix de la paix est le clou de la saison Nobel. Les autres prix, décernés à Stockholm, ont fait la part belle aux hommes et aux Anglo-saxons. Le prix de médecine a ainsi été attribué lundi à trois généticiens américains, celui de physique mardi à trois astrophysiciens également américains, et celui de chimie mercredi à un Suisse, un Américain et un Britannique. Le Nobel de littérature a lui récompensé jeudi le Britannique d'origine nippone Kazuo Ishiguro.

       
En 2016, l'effort de paix en Colombie encouragé

 

 

 

 

Dernière màj le 6 octobre 2017