Liberté d'expression : les coups de crayons de trois caricaturistes

Pays : Pakistan, Russie

Tags : Liberté d'expression, Dessin de presse, Charlie Hebdo

Trois semaines après le massacre de Charlie Hebdo, et alors que s'ouvre ce 29 janvier le Festival international de la bande dessinée à Angoulême, ARTE Journal a voulu savoir comment travaillent aujourd'hui les caricaturistes dans le monde.

 

>> A voir aussi : le webdocumentaire "Fini de rire", une cartographie de la liberté d’expression des dessinateurs de presse à travers la planète.

RUSSIE

Le Russe Viktor Bogorad dessine depuis plus de quarante ans. Au pays de Poutine, rares sont les organes de presse qui osent encore publier ses caricatures. Le reportage de Mascha Rodé et Alexander Voloviev.

Viktor Bogorad, caricaturiste

 

PAKISTAN

L'art de la caricature existe aussi dans les pays qui manifestent en ce moment contre Charlie Hebdo. Alors que les protestations rassemblent des milliers de personnes, Kamal Abdourahim, Taha Siddiqui et Claire Debuyser se sont rendus à Lahore, dans le nord-est du Pakistan, pour y rencontrer deux caricaturistes, Sabir Nazar et Javed Ikbal, savoir comment ils travaillent et quelle est leur vision de la liberté d'expression.

Être caricaturiste au Pakistan

 

ETATS-UNIS

Les Etats-Unis ont une conception particulière de la liberté d'expression : en théorie, elle bénéficie d'une protection supra-constitutionnelle qu'on ne trouve nulle part ailleurs dans le monde. Pour preuve, les médias américains sont en général très offensifs, notamment sur les questions de vie privée des politiques. Mais si la loi est permissive en ce qui concerne la satire de groupes ethniques, de nationalités, de religions ou de personnes publiques, l'humour souffre en revanche d'autocensure.

Ainsi, la majorité des médias américains ont refusé de publier les caricatures de Mahomet afin de ne pas offenser les musulmans. Dans ce contexte, le dessin politique, une grande tradition américaine, a du mal à se faire une place aujourd'hui aux Etats-Unis. A New York, Renaud Dumesnil rencontré Ted Rall, dessinateur attitré du Los Angeles Times.

Caricatures : les Etats-Unis, un pays libre ?