|

L'euthanasie déchaîne à nouveau les passions

Pays : Belgique, Union européenne, France

Tags : Euthanasie

Le débat passionné sur la fin de vie revient sur le devant de la scène en France à la faveur d'une impulsion politique et d'une double décision judiciaire. Ce mardi et ce mercredi, deux affaires bien distinctes ont connu leur dénouement pour l'une, et un énième rebondissement pour l'autre.

A Pau, c'est un tonnerre d'applaudissement qui a accueilli le verdict ce mercredi. Le médecin urgentiste Nicolas Bonnemaison, poursuivi pour avoir abrégé la vie de sept malades âgés, en toute fin de vie, a été acquitté. Les avocats de l'urgentiste ont salué une "décision énorme" qui pourrait obliger les politiques à "aller plus vite" pour adapter la loi sur la fin de vie.

 

Hier mardi, le Conseil d'État a vu sa décision suspendue par la Cour Européenne des Droits de l'Homme dans le cadre de l'affaire Vincent Lambert. Cette dernière a demandé en urgence le maintient en vie de ce tétraplégique en état végétatif depuis 6 ans et dont le sort déchire la famille. La plus haute juridiction administrative française elle, s'était prononcé un peu plus tôt pour l'arrêt des soins. Les sages français avaient estimé que cette décision correspondait à la volonté exprimée par Vincent Lambert, et qu'elle s'inscivait dans le cadre de la loi Léonetti de 2005 qui régit la fin de vie.

 

Ces verdicts interviennent aussi après l'annonce du gouvernement, le 21 juin, de confier aux députés UMP Jean Leonetti et PS Alain Claeys, une mission d'aménagement de la loi Leonetti. Cette évolution de la législation était un engagement de François Hollande lorsqu'il était candidat à la présidentielle.

Dernière màj le 8 décembre 2016