L’Europe, une terre d’accueil ?

Pays : Europäische Union

Tags : Réfugiés, intégration des étrangers

L’Europe est prise d’assaut par ceux qui fuient la misère ou la guerre. L’an passé, ce sont plus d’un demi-million de réfugiés qui ont frappé à la porte du Vieux continent. Ce qui ne va pas sans problèmes. Comment les Européens gèrent-ils ces nouveaux venus ?

Samedi 13 juin

14:00

Yourope

La peur de l’étranger

Chaque année, ils sont des milliers à franchir les murailles de la "forteresse Europe". Une Europe sur la défensive. A ses frontières, de hautes clôtures de barbelés sont censées décourager les migrants. Les fleuves frontaliers sont surveillés par des bateaux. Partout, les dernières techniques de surveillance sont employées. Jusque-là sans succès. La vague de réfugiés est loin de retomber. Et leur détresse est telle qu’ils sont prêts à risquer leur vie sur des embarcations de fortune surchargées. Alors même que des centaines de leurs semblables ont déjà trouvé la mort en mer.

 

frontière sud

L’an passé, plus de 500 000 migrants ont  déposé une demande d’asile au sein de l’Union européenne. Ils étaient deux fois plus nombreux qu’en 2010. Et les autorités s’attendent à une nouvelle hausse cette année. Car les foyers de crise se multiplient depuis peu. La Syrie est ravagée par la guerre civile et la situation politique en Afghanistan se délite à vue d’œil. En Afrique de l’Est aussi, des milliers de migrants quittent leurs pays. C’est notamment le cas de l’Erythrée, où un régime autoritaire opprime sa population. Quelles réponses l’Europe apporte-t-elle ? Comment gère-t-elle l’afflux de migrants poussés par le désespoir ?

 

Les chiffres :

Yourope MDR6 Faktencheck

 

Le sommaire :

Yasser, ce nouvel Européen

Pegida : les idées de la droite nationaliste ont le vent en poupe en Europe

Tchéquie : un pays qui se dresse contre l’immigration

 

 

Yasser, ce nouvel Européen

 

Yasser est l’un de ces "nouveaux Européens". Il a fui la guerre civile en Syrie et a gagné l’Allemagne. Il a eu la chance de voir sa demande d’asile acceptée. Il peut rester trois ans en Allemagne et y travailler. A présent, Yasser tente de s’inventer un avenir en Europe.

 

Yasser

S’il a souvent affaire à des gens cordiaux et amicaux, Yasser n’en subit pas moins la défiance et le rejet de bien d’autres. Son expérience est emblématique du lot de la plupart des demandeurs d’asile.

La question des réfugiés fait partie de ces problématiques qui polarisent comme aucune autre la population européenne. D’un côté, on assiste à une immense vague de solidarité. Un peu partout, des initiatives voient le jour pour aider les réfugiés à s’installer, avec des réseaux locaux pour leur procurer des vêtements ou les aider dans leurs démarches administratives. L’association Welcome Refugees propose ainsi de prendre des réfugiés en colocation. Les Refugee Law Clinics offrent quant à elles un conseil juridique. Enfin, l’initiative Migramed s’occupe de la partie médicale.

Yourope MDR6  Yasser

Les demandeurs d’asile comme Yasser sont aussi confrontés à un phénomène auquel ils ne s’attendaient peut-être pas : la xénophobie. Ces dernières années, dans toute l’Europe, les mouvements nationalistes anti-immigration ont essaimé. Leur discours est souvent simpliste et confine parfois à l’absurde, mais il n’en parvient pas moins à catalyser les peurs des citoyens.

 

 

 

Pegida : les idées de la droite nationaliste ont le vent en poupe en Europe

 

En Allemagne, les agressions perpétrées contre des demandeurs d’asile ont fortement augmenté l’an passé. Et les habitants des quartiers où sont installés de nouveaux foyers d’accueil ont multiplié les actions de protestation. A Tröglitz, petite commune de Saxe-Anhalt, un immeuble pouvant accueillir 40 réfugiés devait voir le jour. Face à la grogne de ses administrés, le maire a dû démissionner. Dans la nuit du 4 avril, la charpente du bâtiment a brûlé. La police soupçonne un incendie criminel. L’Europe est-elle en train d’être gangrénée par la xénophobie ?

 

Pegida

D’après les sondages, la majorité de la population allemande est favorable à l’immigration et serait disposée à accueillir encore d’autres migrants.

Yourope MDR6 Youropinion

Ce qui n’empêche pas les Allemands d’être nombreux à réclamer une meilleure répartition des réfugiés au sein de l’Union européenne. Et ils ne sont pas les seuls. En Suède et en Italie aussi, beaucoup aimeraient plus de solidarité entre les Etats membres.

Yourope MDR6 Pegida

D’autres Etats en revanche ont carrément décidé de ne plus accepter de réfugiés. C’est le cas de la Tchéquie.

 

 

Tchéquie : Un pays qui se dresse contre l’immigration.  Mais pourquoi ?

 

Alors que la Suède accueillait l’an passé 74 000 demandeurs d’asile, la Tchéquie, pays bien plus peuplé, n’en accueillait qu’un millier. Et Prague n’entend rien changer. Les autorités ne sont d’ailleurs pas seules à se méfier de l’immigration. La population aussi est plutôt sceptique, alors que le pays ne compte que 4 % d’immigrés !

La Tchéquie aurait pourtant bien besoin d’immigrés. Son taux de natalité est un des plus faibles d’Europe. La population vieillit, elle est même en recul. Les experts pensent que l’immigration pourrait atténuer le déficit démographique du pays. Un diagnostic également valable pour d’autre Etats membres de l’Union européenne, comme l’Espagne, l’Italie et l’Allemagne.

Yourope MDR6  Tchéquie

 

 

 

Dernière màj le 8 décembre 2016