|

Les voyous de l'environnement : l'enquête

Pays : Danemark, Allemagne, Royaume-Uni

Tags : industries minières, Charbon, Climat

Depuis une quinzaine d’années et la montée en flèche de la demande en ressources naturelles des pays émergents, un véritable boom minier déferle sur l’économie mondiale. Si environ 75% des sociétés d’exploration et d’extraction minière du monde sont basées au Canada, l’Europe demeure un bastion de l’industrie minière malgré la volonté affichée de réduction des émissions de gaz à effet serre.

MAGAZINE EUROPEEN- VOX POP (28)

 

Le filon de l'Europe de l'Est

Depuis plusieurs années, le groupe énergétique public EDF (détenu à 84 % par la France) affirme son ambition : réduire ses émissions de CO2, promouvoir « un mix énergétique diversifié et dé-carboné » et devenir un acteur clef du développement durable. Derrière cette annonce se cachent en réalité d’une part le choix du nucléaire, d'autre part celui d'une énergie fossile considérée comme responsable d'un tiers des émissions globales de gaz à effet de serre : le charbon.

Certes, en France les dernières centrales à charbon d'EDF sont condamnées à la fermeture dans les prochaines années pour non-respect des normes strictes édictées par la Commission européenne. Reste que le groupe énergétique n'a pas renoncé à cette énergie fossile pour autant. Plus que jamais, le charbon est aujourd'hui au cœur de la stratégie de développement d'EDF... ailleurs qu’en France. Via des rachats et des partenariats, le groupe s'implante progressivement au Royaume-Uni, en Chine, mais surtout en Europe de l'Est. « EDF détient des centrales à charbon en Pologne, s’est porté candidat pour en construire une nouvelle en Croatie et se trouve toujours impliquée dans un projet en Serbie, à Kolubara », constate l'Observatoire des multinationales dans un article d'octobre 2014.

Selon le dernier rapport d'activité du groupe énergétique, EDF consomme d'ailleurs de plus en plus de charbon : 25 millions de tonnes en 2013, soit quatre millions de plus qu'en 2011. L'entreprise émet également de plus en plus de CO2 dans l'atmosphère : 80 millions de tonnes en 2013 contre 70 millions de tonnes deux ans auparavant.

 

L'Allemagne rouvre ses mines

Le groupe français n'est pas le seul à miser encore sur les énergies fossiles. En Allemagne on assiste à un véritable retour en force du charbon, comme nous l'évoquions dans un récent reportage. Le pays, qui souhaite abandonner progressivement le nucléaire d’ici 2022, se tourne vers les énergies fossiles.

Le gouvernement allemand a annoncé la réouverture ou l’agrandissement de mines, ce qui implique la destruction de plusieurs villages et le déplacement de leurs populations. Ainsi, le petit bourg de Proschim, devenu une référence en matière d’énergies renouvelables, va-t-il voir nombre de ses fermes détruites. Selon The Independent, les habitants, consternés, essayent de résister tant bien que mal avec le lancement d’une pétition qui a déjà réuni 120 000 signatures.

Reste qu'aujourd'hui 45 % de l'électricité allemande est produite grâce au charbon. Et avec 760 millions de tonnes de CO2 générées en 2013, l'Allemagne est le plus gros pollueur de l'Union européenne.

 

Céline Peschard

 

Dernière màj le 8 décembre 2016