Les grands témoins

Pays : Allemagne

Tags : Stasi, DDR

Le 2 janvier 1992, la Stasi a ouvert ses portes au public. Pour la première fois de l'histoire, l'État a donné accès aux citoyens à des milliers de documents constitués à leur sujet mais à leur insu pendant des années. Un cas unique au monde. L’ouverture de ces dossiers a-t-elle permis la réconciliation entre ceux qui surveillaient et leurs victimes ? Trois anciens commissaires fédéraux des archives de la Stasi répondent à la question : Joachim Gauck, l’initiateur de la loi sur les archives de la Stasi, et ses successeurs Marianne Birthler et Roland Jahn.

Nous voulions mettre la main sur ses dossiers. Ces dossiers sont à nous, ils constituent le savoir hégémonique de la dictature, leur place est dans nos têtes et entre nos mains. Voilà ce à quoi je m’étais engagé."

Joachim Gauck

Joachim Gauck évoque la genèse
de la Commission des archives de la Stasi

L’actuel président Joachim Gauck a été le premier commissaire fédéral en charge des archives de la Stasi, la police secrète de l’ex-RDA. Lors d’un entretien, il évoque la genèse de la commission.

Interview mit Joachim Gauck

 

Franchement, quelle réussite d’avoir pu garantir l’ouverture des archives même après la réunification allemande. Au début, ça semblait peu probable."

Marianne Birthler

Marianne Birthler à propos de l’ouverture
des archives de la Stasi

Après la Chute du Mur, la gestion des archives de la Stasi est un sujet controversé. Ancienne élue à la chambre du peuple, Marianne Birthler était commissaire fédérale en charge des archives de la Stasi de 2000 à 2011. Elle se souvient des débats lors de l’ouverture des archives.

 

 

 

Interview mit Marianne Birthler

 

J’étais bien conscient que tant qu’il y aurait le mur, la liberté à l’Ouest serait incomplète."

Roland Jahn

Roland Jahn à propos de la démocratie et de la Chute du Mur

Militant des droits civiques, Roland Jahn, est depuis 2011 commissaire fédéral en charge des archives de la Stasi. En 1983, le régime est-allemand l’avait déchu de sa nationalité. Installé à Berlin-Ouest, il a alors soutenu les opposants en RDA dans le but de faire tomber le Mur.

 

Interview mit Roland Jahn

 

Dernière màj le 8 décembre 2016